Ecoutez Radio Sputnik
    Image tirée d'un film de propagande anticommuniste américain réalisé dans les années 1950

    Propagande US: les budgets en hausse, mais pas la crédibilité

    © Flickr/ fliegender
    International
    URL courte
    5906123

    L'Occident accuse régulièrement Moscou d'intensifier sa "propagande" internationale. Cependant, les financements alloués à la principale officine de propagande US, le Broadcasting Board of Governors (BBG), sont nettement supérieurs à ceux de leurs concurrents russes.

    L'année dernière, le BBG, agence fédérale américaine qui contrôle, entre autres, La Voix de l'Amérique et Radio Liberty/Radio Free Europe, a demandé une augmentation substantielle de son budget. Cette demande étant agréée, le budget du BBG a reçu un supplément de 30 millions de dollars, atteignant les 751,5 millions de dollars (environ 666 millions d'euros).

    Mais cette somme ne suffit pas. Les propositions budgétaires formulées par le président Obama pour l'exercice financier 2017 prévoient une nouvelle augmentation des sommes affectées au BBG. Cette fois-ci, il s'agit de 27 millions de dollars supplémentaires, ce qui portera le budget de l'agence à 778 millions de dollars (près de 690 millions d'euros).

    Ce montant est d'autant plus surprenant que les Etats-Unis accusent constamment Moscou de dépenser des sommes énormes pour la "guerre de propagande" menée contre l'Occident par les nouveaux médias russes: la compagnie de télévision RT et l'agence Sputnik. Et pourtant, le seul budget du BBG est environ deux fois plus important que toutes les dépenses engagées par Moscou pour faire connaître sa position dans le monde.

    Ainsi, l'agence d'information internationale Rossiya Segodnya, la société mère de Sputnik et de RIA Novosti, fonctionne avec un budget de 75 millions de dollars (66,5 millions d'euros), soit 10 fois moins que celui du BBG.

    La compagnie de télévision RT — association à but lucratif financée par l'Etat et infiniment plus populaire dans le monde que La Voix de l'Amérique et Radio Free Europe — dispose d'un budget annuel d'un peu plus de 300 millions de dollars (265,9 millions d'euros). Cette somme — de loin inférieure à celle allouée au BBG — assure le fonctionnement de plusieurs chaînes de télévision par satellite émettant dans différentes langues.

    On voit bien que les budgets de RT et de Rossiya Segodnya ne sont pas en mesure de rivaliser avec celui du BBG. Mais ce qui surprend le plus, c'est la tendance des médias américains à affirmer qu'ils font du "journalisme objectif".

    "Le BBG ne promeut que des points de vue qui correspondent à la politique intérieure et extérieure des Etats-Unis", a déclaré à Sputnik le caricaturiste politique Ted Rall.

    "L'objectivité n'existe pas en journalisme. Elle y est inconcevable. La meilleure chose qu'un téléspectateur, un auditeur ou un lecteur puisse faire (…) c’est de comprendre les raisons pour lesquelles telle ou telle information est diffusée", a ajouté Ted Tall.

    Le BBG semble n'attacher aucune importance à l'objectivité. En mars 2015, la secrétaire d'Etat adjointe aux Affaires européennes, Victoria Nuland, a déclaré au Congrès américain que le BBG dépenserait 23,2 millions de dollars (20,3 millions d'euros) pour réaliser des "émissions en langue russe" censées contrer la "campagne de propagande omniprésente du Kremlin qui empoisonne les esprits en Russie, dans les pays limitrophes et en Europe".

    La vraie raison de l'augmentation des budgets du BBG n'a rien à voir avec l'objectivité. Elle traduit plutôt l'inquiétude ressentie par Washington face à l'efficacité de médias comme RT qui présentent au public des points de vue différents de ceux inculqués par la presse "mainstream".

    Malgré le budget relativement modeste de RT, son audience internationale compte des millions de personnes. Selon une étude réalisée par Neilsen Ratings, rien qu'aux Etats-Unis, 2,8 millions de téléspectateurs regardent chaque semaine les émissions de la chaîne russe. Au Royaume-Uni, cette dernière dépasse en termes d'audience le géant américain Fox News. Dans les pays du Proche-Orient, les émissions de RT diffusées en arabe sont suivies quotidiennement par 6,7 millions de personnes.

    "S'il s'agit d'un sujet gênant pour les Etats-Unis, par exemple d'un reportage sur Julian Assange ou sur Edward Snowden, je ferai plus confiance aux médias russes", a affirmé Ted Rall.

    Lire aussi:

    Le rapport d’Amnesty International, pure propagande
    Propagande du Kremlin: la vidéo millième degré qui dévoile tout!
    Russie: TV5 Monde recherche propagande désespérément
    Tags:
    chaîne de télévision russe RT, crédibilité, financement, propagande, Sputnik, Radio Liberty, La Voix de l'Amérique, RIA Novosti, Rossiya Segodnya, Russie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik