Ecoutez Radio Sputnik
    La Crimée

    Medvedev: le statut de la Crimée n'est pas négociable

    © Sputnik . Sergei Malgavko
    International
    URL courte
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
    2821737
    S'abonner

    A la suite du référendum qui s’est tenu en 2014, la Crimée a été rattachée à la Russie. La question de son statut est close, a déclaré le premier ministre russe Dmitri Medvedev.

    La question de la Crimée n'existe plus: elle est réglée pour toujours. La péninsule fait désormais partie de la Russie, a indiqué Dmitri Medvedev dans une interview à la chaîne de télévision Euronews.

    A la question de savoir si l'avenir de la Crimée était négociable, le chef du gouvernement russe a répondu par la négative.

    "Non, c'est hors de question. Pour la Russie cette question ne se pose pas et le problème est réglé pour toujours. La Crimée constitue une partie intégrante du territoire russe. Un référendum a eu lieu, nous avons amendé notre Constitution. La République de Crimée et la ville de Sébastopol font partie de la Fédération de Russie", a déclaré Dmitri Medvedev à la correspondante d'Euronews Isabelle Kumar.

    Peuplée principalement par des russophones, la Crimée a adhéré à la Fédération de Russie suite au référendum organisé en mars 2014. La majorité absolue des habitants de la péninsule (96,77%) ont opté en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie. L'Ukraine ne reconnaît pas les résultats du référendum et considère cette région comme un territoire occupé. Moscou a à plusieurs reprises souligné le caractère démocratique du suffrage et sa conformité aux normes du droit international. Il a également appelé la communauté internationale à respecter le choix des Criméens.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

    Lire aussi:

    Crimée: les députés français s’y rendront malgré le mécontentement de Kiev
    Crimée: un territoire pour toutes les ethnies
    Poutine sonde la Crimée sur son appartenance à l'Ukraine
    Tags:
    interview, rattachement de la Crimée, référendum en Crimée (2014), Euronews, Dmitri Medvedev, Sébastopol, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik