Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants: L'Allemagne envoie une lettre d’expulsion à un bébé

    Migrants: l'Allemagne envoie une lettre d’expulsion à un bébé

    © AP Photo/ Peter Steffen
    International
    URL courte
    648

    L'Office fédéral des migrations et des réfugiés (BAMF) en Allemagne, a envoyé une lettre à une fille de famille de migrants, âgée d'un an, lui expliquant qu'elle avait une semaine pour quitter le pays.

    Néanmoins, c'est dans la région de Sauerland, à l'est de l'Allemagne, qu'Edona est  née, 11 jours après que ses parents Eduart et Franga sont arrivés d’Albanie en quête d’asile, écrit le Local.

    En parlant de la décision des autorités, la famille de la fille explique qu'étant donné qu’elle est née en Allemagne, leur fille ne peut pas être expulsée dans le pays de ses parents.

    "La demandeuse n'a aucune raison de craindre une persécution concrète et individuelle", lit-on dans la lettre qui ne peut qu'être une erreur imputable à une défaillance bureaucratique.  "La persécution ne peut pas être exigée dans la mesure où la demandeuse d’asile est née en Allemagne et n'a jamais mis les pieds en Albanie". 

    Dans l'éventualité où la demandeuse ne respecterait pas la demande, elle sera menacée de déportation.

    Pourtant, la loi en Allemagne est très claire à ce sujet, les enfants mineurs ne peuvent pas être déportés séparément de leurs parents.

    Le porte-parole du BAMF Christoph Sander a admis qu'il s'agissait d'une erreur d'envoi  et que toute la famille de la fille aurait dû recevoir de tels courriers.

    "Nous avons affaire à un nombre très élevé de demandes d'asiles et nous avons beaucoup de décisions à prendre", a-t-il conclu. 


    Lire aussi:

    Bruxelles donne trois mois à la Grèce pour sécuriser ses frontières
    En Allemagne, des migrants attaquent des retraités dans le métro
    Plus d'un million de migrants accueillis par l'Allemagne en 2015
    Tags:
    mineurs, déportation, bébé, migrants, enfants, réfugiés, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik