International
URL courte
Situation en mer de Chine méridionale (80)
6400
S'abonner

Selon les responsables chinois, les objets en question ont été installés il y a longtemps, et donc le mécontentement des Etats-Unis et de leurs alliés à l’égard du déploiement possible des systèmes de lancement de missiles sur une île contestée, située en mer de Chine méridionale, n’a pas de fondement.

Les révélations récentes sur le déploiement possible des systèmes de lancement de missiles de type surface-air sur Woody Island, l'île principale des îles Paracels en mer de Chine méridionale, ont provoqué une réaction critique des responsables de Pékin, annonce le Guardian.

Cependant, le gouvernement chinois n'a pas confirmé officiellement le déploiement des missiles sur l'île contestée. Dans le même temps, le Guardian souligne que le journal Global Times soutenu par l'Etat chinois a dénoncé les motifs américains présentant le déploiement des systèmes antiaériens sur l'île en mer de Chine méridionale comme quelque chose de menaçant pour la stabilité de la région.

Le Global Times se réfère à la déclaration du ministère chinois de la Défense pour expliquer que le pays avait procédé au déploiement des objets à caractère défensif nécessaires en mer de Chine méridionale il y a déjà longtemps. Selon le journal, l'attention faite à ce déploiement de la part de l'Occident peut être considérée comme un recours aux "théories de la menace chinoise".

Le déploiement des systèmes antiaériens de longue portée sur Woody Island par la Chine a été récemment dévoilé par la chaîne américaine Fox News, et ensuite confirmé par le gouvernement des Etats-Unis.

Dossier:
Situation en mer de Chine méridionale (80)

Lire aussi:

La Chine va commencer à brûler des déchets nucléaires
La Chine met la main sur le cyberespace
La Chine installera bientôt sa 1ère base militaire à l'étranger
Washington provoque Pékin en mer de Chine méridionale
Tags:
missiles, Mer de Chine méridionale, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook