Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants à la frontière entre la Croatie et la Solovénie.

    L'UE fermera ses frontières aux réfugiés. Un défi pour les non membres?

    © REUTERS / Antonio Bronic
    International
    URL courte
    2270
    S'abonner

    La fermeture des frontières de l'UE aux réfugiés, sur qui se répercutera-t-elle? La Serbie prend des mesures.

    Union européenne fermera le 1er mars ses frontières aux réfugiés proche-orientaux, rapporte le journal serbe Danas, se référant à des sources proches de la Commission européenne. La mesure envisagée sera mise en place progressivement et s'appliquera d'abord aux migrants irakiens, puis à ceux d'Afghanistan et, finalement, aux Syriens.

    "Des exercices de fermeture totale de la frontière sont en cours aux points de passage entre la Slovénie et la Croatie ainsi qu'entre la Serbie et la Macédoine", indiquent les interlocuteurs du journal.

    Or, il reste à déterminer comment la fermeture des portes de l'UE aux migrants se répercutera sur les pays des Balkans non membres de l'Union européenne, et avant tout la Serbie.

    D'ailleurs, rien qu'hier 217 réfugiés syriens, afghans et irakiens qui auraient fourni de fausses informations sur leur pays d'origine ont été expulsés de Slovénie en Croatie puis ensuite en Serbie.

    Le ministre serbe du Travail Aleksandar Vulin a prévenu qu'à l'avenir de tels renvois de migrants seraient impossibles, tous les Etats "ayant à assumer la responsabilité de chaque personnes ayant traversé leur frontière".

    Quoique le premier ministre serbe Aleksandar Vucic ait récemment annoncé que son pays pourrait accueillir jusqu'à 6.000 réfugiés, le directeur d'Asylum Protection à Belgrade Rados Djurovic souligne que, certes, la Serbie a une expérience d'accueil d'un tel nombre de réfugiés, mais d'un accueil de court terme. Tout long séjour de migrants et leur intégration au sein de la société serbe constituera "un défi majeur pour le pays", a-t-il déclaré.

    Pour pourvoir accueillir sur son sol un nombre important de migrants, la Serbie devrait mettre au point tout un système de soutien médical et social, assurer des opportunités de travail, sans oublier les efforts à déployer pour convaincre la population locale d'accepter les nouveaux venus, explique M. Djurovic.

    D'ailleurs, les migrants eux-mêmes n'ont aucune volonté de rester en Serbie. Toutefois, met en garde Rados Djurovic, la situation risque de prendre une tournure dangereuse si les pays européens se mettent à renvoyer en Serbie les migrants qu'ils expulsent.

    Lire aussi:

    Opération Sophia: WikiLeaks dévoile la destruction de 67 navires de migrants
    Des gilets de sauvetage de migrants bousculent le tapis rouge de la Berlinale
    Migrants: l'Autriche annonce un contrôle généralisé de ses frontières
    La loi danoise sur la saisie des biens des migrants ne marche pas
    Tags:
    refuge, migrants, Aleksandar Vulin, Aleksandar Vucic, Slovaquie, Croatie, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik