International
URL courte
Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)
63281
S'abonner

Le président français François Hollande espère persuader la Russie que le départ de Bachar el-Assad répond à ses intérêts.

Le président François Hollande a affirmé vendredi que "la Russie ne s'en sortirait pas en soutenant unilatéralement Bachar el-Assad" et a appelé à exercer une "pression" sur Moscou pour des négociations sur la Syrie.

"Nous devons être tous ensemble pour faire cette transition politique" (…) Mais je ne peux pas accepter qu'en même temps qu'on négocie, on bombarde des populations civiles", a-t-il déclaré au cours d'un entretien sur France Inter. 

Le chef de l'Etat français a reproché à la Russie de "ne pas frapper au bon endroit" en Syrie. 

François Hollande a déclaré avoir dit aux autorités russes: "Vous ne frappez pas au bon endroit et vous frappez des populations civiles, ce qui est inacceptable". 

La France souhaite le départ du président syrien, soutenu par Moscou et Téhéran.  

Auparavant, le premier ministre russe Dmitri Medvedev a indiqué que Bachar el-Assad devait participer au processus de règlement de la situation en Syrie, et que son destin politique était entre les mains du peuple syrien.

Dossier:
Frappes aériennes russes contre les terroristes en Syrie (419)

Lire aussi:

Hollande demande l'arrêt des bombardements russes en Syrie
Hollande: le rythme des frappes alliées en Irak et en Syrie "sera accéléré"
Hollande: la France et la Russie ont un objectif commun - Daech
Un «tueur de chiens» vivant dans l’eau découvert sur une plage australienne - photo
Tags:
négociations, règlement, frappe aérienne, Bachar el-Assad, Dmitri Medvedev, François Hollande, Téhéran, Syrie, Russie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook