Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Près de 2.000 Turcs poursuivis pour avoir offensé Erdogan

    © AP Photo / Francois Mori
    International
    URL courte
    11128
    S'abonner

    1.845 citoyens turcs, dont des femmes, font l'objet de procédures pénales pour offense au chef de l'Etat, Recep Tayyip Erdogan.

    Des poursuites pénales ont été lancées contre 1.845 Turcs pour offense à l'encontre du chef de l'Etat, rapporte l'agence Associated Press, se référant au ministre turc de la Justice, Bekir Bozdag.

    "Je ne peux pas lire ces injures sans rougir", a commenté le membre du gouvernement à propos des déclarations émanant des offenseurs du dirigeant turc.

    En vertu de la législation en vigueur dans le pays, les offenses au président sont punies d'une amende et de peine de prison allant jusqu'à quatre ans de détention. Des athlètes turcs, ainsi que des journalistes, des artistes et même des écoliers ont été poursuivis par le passé dans le cadre d'affaires similaires.

    L'opposition accuse Erdogan, élu à la tête du pays en 2014, de se servir de la loi pour punir les gens qui sont en désaccord avec la politique qu'il mène.

    ​Ainsi, le 24 février, on apprenait que l'ex-attaquant de la sélection turque de football, Hakan Sükür, encourt quatre ans de prison pour avoir insulté le président Erdogan sur les réseaux sociaux. Dix jours avant, un tribunal avait condamné la journaliste Hilal Kalafat, 24 ans, à 28 mois de prison pour un tweet jugé insultant à l'égard du chef d'Etat.

    Lire aussi:

    Erdogan se moque de la justice dans son pays
    La nouvelle politique d’Erdogan : légitime défense ou légitime agressivité ?
    Erdogan fait comprendre que la Turquie rejoindra la guerre en Syrie, si nécessaire
    Un footballeur turc disqualifié pour un tweet de soutien aux Kurdes
    Tags:
    réseaux sociaux, insulte, poursuites, justice, Hakan Sükür, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik