Ecoutez Radio Sputnik
    L'hôpital de Médecins sans frontières à Kunduz bombardé par l'aviation américaine dans la nuit du 4 octobre 2015

    Frappes sur l'hôpital de Kunduz: aucune sanction contre les militaires US

    © AP Photo / Médecins Sans Frontières
    International
    URL courte
    13013
    S'abonner

    Aucun militaire américain haut gradé n'a été poursuivi en justice pour le décès de 42 personnes, tuées lors des frappes de l'aviation US sur l'hôpital de Médecins sans frontières dans la ville afghane de Kunduz.

    Aucune procédure pénale n'a été ouverte contre les militaires américains, suite au bombardement de l'hôpital de Médecins sans frontières à Kunduz. Les sanctions infligées à 12 hommes de troupes et sergents revêtent un caractère disciplinaire. Aucun général n'a été puni, rapporte Associated Press, citant des sources au sein des forces armées des États-Unis.

    Rappelons que dans la nuit du 4 octobre, l'aviation américaine a bombardé un hôpital de l'ONG Médecins sans frontières dans le nord de l'Afghanistan, tuant 42 personnes, y compris des membres de cette organisation, et en blessant des dizaines d'autres.

    Ce bombardement est considéré en Afghanistan comme un crime de guerre.

    L'agence Sputnik a demandé à Kabir Ranjbar, juriste, militant des droits de l'homme et président de l'Union des juristes démocrates d'Afghanistan, de commenter cette décision de la justice américaine.

    "Tout porte à croire qu'il s'agit d'un crime de guerre. Même de hauts responsables américains n'ont pas approuvé ces frappes aériennes et ont réclamé une enquête minutieuse. Le peuple afghan est toujours sous le choc: il ne comprend pas pourquoi il a fallu bombarder un bâtiment civil non protégé. Le commandement de l'Otan savait pourtant qu'il s'agissait d'un hôpital", a déclaré Kabir Ranjbar.

    Selon lui, il est inutile d'espérer que ce crime fera un jour l'objet d'une enquête objective.

    "Au lendemain de cette tragédie, j'ai déclaré que les coupables ne seraient jamais punis. Le fait est que la législation pénale afghane est conçue de telle sorte qu'elle empêche les juridictions locales de prendre des décisions indépendantes. Ce n'est pourtant pas le cas des officiers militaires et civils américains qui agissent sur notre territoire. Ils respectent leurs propres lois et pas les nôtres. La plupart des procès intentés à leur encontre se soldent par des relaxes. Pire, de nombreuses instructions judiciaires portant sur leurs crimes atroces se déroulent dans leurs pays", a constaté l'interlocuteur de l'agence.

    "Cela signifie donc que les intérêts des Afghans ne sont pas protégés", a conclu le juriste.

    Lire aussi:

    Kunduz: l'hôpital MSF bombardé malgré les appels au secours
    MSF dénonce une bavure US à Kunduz et quitte la ville
    Tragédie de Kunduz: MSF demande l'aide de la Russie
    Tags:
    sanctions, bombardements, Médecins sans frontières (MSF), Kabir Ranjbar, Kunduz, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik