Ecoutez Radio Sputnik
    Migrants

    Quand les réfugiés font la fine bouche

    © AP Photo / Edvard Molnar
    International
    URL courte
    Crise migratoire (784)
    45540

    Certains réfugiés bloqués à la frontière grecque font la moue et refusent de manger la nourriture que l’on leur distribue dans les centres d’accueil affiliés au ministère grec de la Défense, ce qui provoque le mécontentement d’une partie de la population locale, rapporte le site Onlarissa.

    "Les services d'appui au sein des Forces aériennes ont appris avec étonnement qu'on leur rendait intacts plusieurs rations quotidiennes depuis les centres d'accueil de Roca et de Koutsohero, situés non loin de la ville de Larissa. Certains réfugiés ont refusé de manger des pâtes à la viande hachée sous prétexte que le plat contenait du porc, formellement interdit par l'islam. Malgré les assurances du personnel des centres, les réfugiés n'ont pas touché à la nourriture", écrit le site.

    L'incident n'est pas unique en son genre. Il y a quelques jours, certains réfugiés ont refusé de manger du bouillon aux lentilles, au prétexte qu'ils "n'aimaient pas ça".

    Tandis que les migrants font la moue, la population locale, choquée par une telle ingratitude, dénonce l'indifférence du gouvernement à l'égard des nombreux Grecs souffrant de la faim, conclut le site.

    Plus de 13.000 migrants et réfugiés sont toujours bloqués à Idomeni (nord), selon des chiffres officiels grecs. Les migrants refusent de quitter les lieux malgré la fermeture de la frontière gréco-macédonienne depuis le 7 mars et l'accord passé vendredi entre l'UE et la Turquie.

    Cet accord confirme la fermeture des frontières des pays sur la route des Balkans, empruntée auparavant par les migrants à destination des pays de l'Europe du nord. Il prévoit le renvoi des migrants, y compris des demandeurs d'asile sous certaines conditions, vers la Turquie d'où arrivent la majorité des migrants sur les îles grecques, principale porte d'entrée en Europe.

    Les migrants manifestent presque quotidiennement à Idomeni sur les voies ferrées frontalières en réclamant l'ouverture des frontières pour poursuivre leur périple vers l'Europe du nord.

    Dossier:
    Crise migratoire (784)

    Lire aussi:

    Les migrants solidaires avec Bruxelles
    2.000 migrants sauvés au large de la Sicile
    Des coussins et des matelas estoniens pour les migrants en Serbie
    Tags:
    crise migratoire, migrants, réfugiés, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik