Ecoutez Radio Sputnik
    Test d'un nouveau lance-roquettes multiple nord-coréen.

    Moscou explique les raisons du regain d'activité militaire de Pyongyang

    © REUTERS / KCNA
    International
    URL courte
    22797
    S'abonner

    Les démarches militaires de Pyongyang de ces derniers temps s'expliquent par sa disposition à reprendre les négociations à six, a confié une source au sein du ministère russe des Affaires étrangères. La Corée du Nord a abandonné ces négociations en 2009.

    Cette source anonyme a confié que la Corée du Nord était en effet intéressée à rejoindre les négociations avec la Chine, les Etats-Unis, la Russie, la Corée du Sud et le Japon, et l'activité militaire intensifiée de Pyongyang de ces derniers mois s'explique par le refus de négocier qui lui a été signifié.

    "La Corée du Nord souhaite, mais ne parvient pas à obtenir des négociations avec les Etats-Unis. Chaque nouveau test de telle ou telle autre arme intervient suite à un nouveau refus de reprendre les négociations accompagné d'une intensification des manœuvres militaires à ses frontières", signale le diplomate.

    Lundi dernier, la Corée du Nord a réalisé cinq tirs de missiles en direction de la mer du Japon. Il s'agissait du troisième essai de missiles réalisé par Pyongyang en deux semaines. Cette démonstration de force était une réponse à l'organisation d'exercices américano-sud-coréens engageant 17.000 militaires américains. Les manœuvres visaient notamment à simuler la neutralisation, en cas de guerre, des dirigeants nord-coréens et de leurs arsenaux nucléaires.

     

    Lire aussi:

    La Corée du Nord effectue de nouveaux tirs balistiques
    Pyongyang menace de frapper Séoul si ce dernier ne s'excuse pas pour les exercices
    Missiles: Pyongyang annonce le test réussi d'un moteur à propergol solide
    Pyongyang tire 5 nouveaux missiles en mer du Japon
    Tags:
    missiles, négociations, tirs, Russie, États-Unis, Japon, Chine, Corée du Sud, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik