International
URL courte
29756
S'abonner

A la demande du fils du président turc, Bilal Erdogan, les autorités du pays ont bloqué 21 sites internet qui avaient publié le texte de l'accusation portée par le procureur américain Preet Bharara contre l'homme d'affaire turc d'origine iranienne Rıza Sarraf.

L'article intitulé "Erdogan figure dans l'accusation portée par Bharara" a été mise en ligne le 27 mars à la une du site d'information Haberdar. Cette publication a été bloquée sans qu'aucune explication n'ait été donnée. Plus tard, l'Union des opérateurs turcs (fournisseur d'accès à Internet) a indiqué avoir agi de la sorte sur décision judiciaire et en réponse à la plainte déposée par Bilal Erdogan.

La publication bloquée annonçait que l'accusation émise par le magistrat américain faisait mention d'une société liée à l'homme d'affaires turc Sıtkı Ayan. Le document contenait également les extraits d'une conversation entre le président turc et son fils publiés par les médias le 17 décembre 2013 lors d'une opération anticorruption.

Au total 21 sites internet ont été bloqués sur décision du tribunal par l'Union des opérateurs turcs.

Lire aussi:

Liberté de la presse: la Turquie recalée pour l'UE?
L'UE déplore de "graves reculs" sur la liberté d’expression en Turquie
La liberté de l'information bafouée en Turquie
Tags:
blocage, site d'information, Union des opérateurs de télécommunications turcs, Bilal Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook