Ecoutez Radio Sputnik
    drapeau de l'État Islamique

    Moscou cite les sociétés turques livrant des armes aux terroristes syriens

    © REUTERS / Ali Hashisho
    International
    URL courte
    24755

    Selon les documents soumis par la Russie au Conseil de sécurité de l'Onu, la Turquie achemine des munitions et des explosifs en Syrie sous forme de cargaisons humanitaires.

    Des camions destinés aux terroristes. Archive
    © Photo. Capture d'écran: Ministère russe de la Défense
    Le représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, Vitali Tchourkine, a annoncé que la Russie avait transmis au Conseil de sécurité des documents attestant que les autorités turques livraient des armes et des explosifs aux terroristes de l'Etat islamique (Daech) opérant en Syrie.

    Les documents démontrent, preuve à l'appui, que ces livraisons sont effectuées par l'intermédiaire d'organisations non gouvernementales turques, dont les associations İyilikder et Beşar Vakfı, ainsi que la Fondation pour la protection des droits et des libertés de l'homme.

    "En 2015, les terroristes ont reçu via le territoire turc 2.500 tonnes de nitrate d'ammonium, 456 tonnes de nitrate de potassium, 75 tonnes de poudre d'aluminium, ainsi que des quantités importantes de nitrate de sodium, de glycérine et d'acide nitrique", lit-on dans une lettre adressée par Vitali Tchourkine au Conseil de sécurité de l'Onu.

    Ces substances chimiques sont acheminées principalement par camions, y compris au sein de convois humanitaires. Le contrôle général des livraisons est effectué par l'Organisation nationale turque de renseignement, souligne la lettre du diplomate russe.

    Lire aussi:

    Syrie: la CIA livrera des armes aux rebelles depuis ses bases en Turquie
    Une cinquantaine de terroristes transférés de la Turquie vers la Syrie
    Damas accuse Ankara de soutenir les terroristes
    Tags:
    munitions, armes à feu, livraisons, aide humanitaire, Conseil de sécurité de l'Onu, Etat islamique, Vitali Tchourkine, Turquie, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik