Ecoutez Radio Sputnik
    Le Haut-Karabakh

    Poutine appelle à respecter le cessez-le-feu dans le Haut-Karabakh

    © disput.az
    International
    URL courte
    Conflit du Haut-Karabakh (167)
    41303
    S'abonner

    Le président russe Vladimir Poutine a exprimé sa vive préoccupation face à la reprise des hostilités dans le Haut-Karabakh.

    Vladimir Poutine s'est déclaré préoccupé par la reprise des hostilités sur la ligne de front dans le Haut-Karabakh, a déclaré samedi le porte-parole du président russe, Dmitri Peskov.

    "Le président appelle les parties en conflit à cesser immédiatement les tirs et à faire preuve de retenue", a souligné M.Peskov.

    Selon lui, le dirigeant russe "regrette que la situation ait dégénéré en confrontation armée".

    "Ces derniers temps, une série de démarches énergiques susceptibles d'aboutir au règlement du conflit a été entreprise aussi bien dans le cadre des efforts tripartites (Russie, Arménie, Azerbaïdjan) que dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE  (Russie, France, Etats-Unis)", a rappelé M.Peskov.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a également fait savoir que Moscou "avait entamé des consultations avec ses partenaires, les coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE".

    "Nous suivons l'évolution de la situation", a indiqué Mme Zakharova.

    Le Groupe de Minsk de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) tiendra la semaine prochaine une réunion extraordinaire à Vienne pour évoquer l'aggravation de la situation dans la zone du conflit, a annoncé samedi à l'agence Sputnik une source au sein de l'OSCE.

    L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont signalé samedi la reprise des hostilités dans le Haut-Karabakh. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de bombardements pratiqués par les forces armées arméniennes. Le ministère arménien de la Défense a de son côté déclaré que la partie azerbaïdjanaise "avait lancé une offensive". Le porte-parole du ministère arménien, Artsrun Hovhannissian, a fait état de pertes subies par les deux parties.

    Depuis février 1988, l'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh, région autonome principalement peuplée par des Arméniens et qui a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. Cette démarche a provoqué des affrontements entre les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises à la suite desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région.

    Les hostilités dans le Haut-Karabakh ont fait environ 15.000 morts et ont contraint près d'un million de personnes à quitter leurs foyers. Le cessez-le-feu signé le 12 mai 1994 à Bichkek (Kirghizstan) a été violé à maintes reprises par les belligérants.

    Le règlement pacifique du conflit fait l'objet de négociations menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

    Dossier:
    Conflit du Haut-Karabakh (167)

    Lire aussi:

    Haut-Karabakh: montée des tensions dans la zone du conflit
    Haut-Karabakh: l'Azerbaïdjan instaure une zone d'exclusion aérienne
    Haut-Karabakh: pas de casques bleus dans la zone du conflit (Erevan)
    Tags:
    conflit, reprise, hostilités, Groupe de Minsk de l'OSCE, OSCE, Maria Zakharova, Dmitri Peskov, Vladimir Poutine, Haut-Karabakh, Azerbaïdjan, Arménie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik