Ecoutez Radio Sputnik
    Missile balistique chinois DF-21D

    La Chine mettra en service un missile capable de frapper les Etats-Unis

    © AFP 2019 GREG BAKER
    International
    URL courte
    21945
    S'abonner

    Le missile balistique chinois Dongfeng-41, considéré par Washington comme ayant la plus grande portée au monde, serait mis en service avant fin 2016.

    La Chine pourrait mettre en service son missile intercontinental Dongfeng-41 (DF-41) avant la fin de l'année en cours, rapporte l'édition Kanwa Asian Defence.

    Le missile intercontinental DF-41, considéré par Washington comme ayant la plus grande portée dans le monde, subit actuellement les derniers tests, indique le magazine.

    Doté d'une portée de 14.500 kilomètres, le Dongfeng-41 sera déployé sur la base de l'armée chinoise à Xinjiang, dans la province du Henan. Depuis cet endroit, la fusée sera en mesure d'atteindre les Etats-Unis dans un délai d'une demi-heure en survolant le pôle Nord, expliquent les experts de Kanwa Asian Defence.

    Toujours d'après l'édition, la Chine envisage d'accroître davantage la portée du nouveau missile grâce à son système de navigation BeiDou en train de conception.

    L'adoption par l'armée chinoise de missiles DF-41, qui peuvent être lancés depuis des plateformes mobiles, devra changer les positions stratégiques de la Chine, estime le magazine Business Insider. 

    Dans le même temps, les analystes notent que la structure de la défense américaine dans la région du Pacifique permet d'abattre tout missile balistique intercontinental lancé depuis le territoire chinois sur les Etats-Unis dans une minute.

    Lire aussi:

    Nouvelle patrouille US en Mer de Chine méridionale?
    Les satellites US vulnérables aux attaques de la Russie et de la Chine
    Les USA créent une "mini-Otan" pour réfréner la Chine
    La Chine augmente son budget militaire
    Tags:
    missiles, missiles balistiques, DF-41 (missile), région du Pacifique, Chine, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik