Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau grec

    Roman policier à la grecque: le FMI, Tsipras et WikiLeaks jouent leurs rôles

    © Flickr / European Parliament
    International
    URL courte
    Situation économique en Grèce (112)
    871
    S'abonner

    Les négociations sur la dette grecque et le règlement de la crise financière du pays ressemblent de plus en plus à un vrai roman policier, avec des évènements imprévus et des acteurs qui jouent leurs rôles pour soutenir l’intrigue.

    Samedi dernier, le site WikiLeaks a mis en ligne un extrait de téléconférence avec la participation de deux fonctionnaires du Fonds monétaire international (FMI) sur le possible défaut de paiement de la Grèce qui pourrait coïncider avec le référendum sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit).

    Cette publication a beaucoup influencé le processus des négociations entre le FMI et les autorités grecques. Le premier ministre grec Alexis Tsipras a demandé si ces intentions représentaient la position officielle du FMI.

    Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a publié une lettre ouverte à M.Tsipras où elle déclare que les experts du Fonds s'apprêtent à revenir en Grèce pour continuer les négociations nécessaires.

    Cette lettre est parue après un scandale avec des révélations de WikiLeaks et est chargée, en particulier, de faire oublier ces problèmes. Dans le même temps, le FMI a insisté sur le fait qu'il ne donnerait pas de commentaires sur ces publications.

    Dans sa lettre, Mme Lagarde déclare qu'elle est d'accord avec M.Tsipras sur le fait que des négociations qui mènent à la réussite doivent être basées sur une confiance mutuelle. Elle exprime également son inquiétude envers l'incident de samedi. Selon Mme Lagarde, elle a décidé, malgré tout, de permettre à ses responsables de revenir en Grèce pour poursuivre les négociations.

    Mme Lagarde demande aux autorités grecques de créer une atmosphère de sécurité qui permettrait d'assurer la confidentialité des discussions sur les problèmes concernés. Elle souligne que la sécurité personnelle des représentants du FMI devrait être une condition nécessaire.

    Le premier ministre grec a, pour sa part, déclaré que les tentatives de mener la Grèce à un défaut de paiement, ainsi que d'échouer dans le processus de négociations avec ses créanciers ne sont qu'idiotie. Cette déclaration de M.Tsipras a suivi sa rencontre avec les fonctionnaires gouvernementaux consacrée aux négociations et au programme des réformes.

    Le premier ministre grec a également demandé de finir de façon normale les négociations, ainsi que de ne pas soutenir des exigences irréelles qui n'étaient pas fixées dans les accords. M.Tsipras souligne que la Grèce est un pays qui est capable de garantir la sécurité.

    Dossier:
    Situation économique en Grèce (112)

    Lire aussi:

    Attaques de Bruxelles: la Grèce a averti la Belgique dès 2015
    Angelina Jolie en Grèce pour rencontrer des migrants
    Ankara interdit à l'avion d'Alexis Tsipras d'atterrir sur une île grecque
    Tsipras: la Grèce ne cèdera pas à des exigences injustes des créanciers
    Tags:
    négociations, dette grecque, WikiLeaks, Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, Alexis Tsipras, Royaume-Uni, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik