International
URL courte
Aide humanitaire russe pour la Syrie (72)
8371
S'abonner

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie annonce avoir livré 3,9 tonnes de fret humanitaire dans la province de Damas.

Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie a livré 3,9 tonnes de fret humanitaire dans un village de la province de Damas, annonce le ministère russe de la Défense.

"3,9 tonnes d'aide humanitaire ont été acheminées dans la province de Damas, et 2,5 tonnes de denrées alimentaires ont été livrées dans deux villages de la province d'Alep", lit-on dans le bulletin d'information du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

Le document annonce par ailleurs le début de la formation d'un convoi humanitaire pour les habitants de la province de Deraa. Le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie signale également que les avions des Forces aérospatiales russes n'ont pas porté de frappes contre les groupes d'opposition qui avaient déclaré l'arrêt des hostilités et informé de leur disposition le centre russe ou américain pour la réconciliation. 

La Russie et les Etats-Unis ont convenu d'un cessez-le-feu en Syrie à compter du 27 février à minuit. Les frappes contre l'Etat islamique (EI ou Daech), le Front al-Nosra et d'autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité des Nations unies se poursuivent néanmoins.

Dossier:
Aide humanitaire russe pour la Syrie (72)

Lire aussi:

La Russie a livré 2,5 tonnes d'aide humanitaire aux Syriens à Garfah
Syrie: de l’aide humanitaire acheminée à Alep par les militaires russes
Les avions russes ont acheminé 534 t d'aide humanitaire en Syrie
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
trêve, frappe aérienne, aviation, aide humanitaire, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Conseil de sécurité de l'Onu, Front al-Nosra, ONU, Etat islamique, Damas, Syrie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook