Ecoutez Radio Sputnik
    Le premier ministre britannique David Cameron. Archive photo

    Panama Papers: Cameron tente de désamorcer le scandale

    © AP Photo/ Kirsty Wigglesworth
    International
    URL courte
    Panama Papers (45)
    32902216

    Le premier ministre britannique David Cameron a publié, dimanche 10 avril, ses déclarations de revenus des six dernières années afin de reprendre la main dans l'affaire des Panama Papers.

    Dimanche 10 avril, le premier ministre britannique David Cameron a décidé de jouer la transparence et a rendu publiques ses déclarations de revenus des six dernières années dans l'espoir d'étouffer le scandale lié à l'apparition du nom de son père dans l'affaire des Panama Papers.

    Les documents du cabinet comptable RNS Chartered Accountants dévoilent que David Cameron a payé un impôt de 75.898 livres (94 082 euros) sur un revenu de 200.307 livres pour l’année fiscale 2014-2015.

    Le revenu du premier britannique est ainsi constitué d’un salaire de 140.522 livres (174 189 euros), de dépenses imposables de 9.834 livres, de 46.899 livres tirées de la location d’une maison de famille à Londres et de 3.052 livres qui représentent les intérêts de son épargne, précise le Monde.

    Ces documents démontrent que le premier ministre britannique David Cameron a hérité de 300.000 livres à la mort de son père auxquels sont venus s'ajouter deux versements de 100.000 livres chacun, par sa mère.  

    Après quatre déclarations différentes en quatre jours, le premier ministre britannique a fini par admettre, jeudi 7 avril à la télévision, qu'il avait bien détenu une participation dans une société créée dans un paradis fiscal par son père Ian, aujourd'hui décédé. Intervenant sur l'antenne de la chaîne ITV, Cameron a précisé avoir vendu ses parts dans la société panaméenne Blairmore en 2010, l'année de la mort de son père, avant de devenir premier ministre. 

    Cette semaine, David Cameron s'est retrouvé au centre d'un autre scandale politique. Récemment, le gouvernement britannique a dépensé plus de 9 millions de livres (7,8 millions d'euros) pour des brochures expliquant la nécessité de rester au sein de l'Union européenne. Une pétition demandant de renoncer à ce projet qualifié de "perte d'argent" par le Parti travailliste, a rapidement recueilli près de 100.000 signatures et sera examinée au parlement.


    Dossier:
    Panama Papers (45)

    Lire aussi:

    David Cameron fragilisé par les "Panama papers"
    Panama papers et Wikileaks: le deux poids, deux mesures des USA
    Panama Papers: Washington nie toute implication
    Tags:
    Panama papers, société offshore, déclaration, impôt, scandale, David Cameron, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik