Ecoutez Radio Sputnik
    dollars

    Scandales et fraudes ont coûté 75 mds USD aux banques britanniques

    © AFP 2019 Ernesto Benavides
    International
    URL courte
    346

    Les dix principaux scandales ayant touché des banques de détail britanniques ces 15 dernières années leur ont coûté environ 53 milliards de livres (66,13 milliards d'euros), témoignent les résultats d'une étude menée par New City Agenda.

    Selon MarketWatch, cette somme est composée d'amendes et de frais de justice. 

    Les experts de l'institut de recherche financière New City Agenda signalent que ces dépenses immenses ont produit un "impact dévastateur" sur la rentabilité des banques, qui ont dans la foulée sensiblement réduit le versement de dividendes aux actionnaires.  

    "La rentabilité des banques de détail britanniques a été menacée par des manquements persistants et une culture de vente agressive", précise l'étude. 

    Depuis 2000, le secteur bancaire britannique a été frappé par plusieurs scandales liés notamment à l'incitation des clients à conclure un contrat d'assurance décès invalidité (payment protection insurance, PPI), aux vols de données personnelles et à la manipulation des taux d'intérêt. 

    Le scandale des PPI a été le plus onéreux: il a coûté au total 37,3 milliards de livres (42,03 milliards d'euros), soit quatre fois plus que les dépenses du Royaume-Uni  pour l'organisation des Jeux olympiques de Londres en 2012. 

    Ainsi Lloyds Banking Group a versé 14 milliards de livres entre 2010 et 2014, Barclays 7,3 milliards au cours de la même période, et Royal Bank of Scotland Group a totalisé environ 6,4 milliards de livres d'amendes et de frais de justice. 

    Notons au passage que Lloyds Banking Group a payé seulement 500 millions de livres de dividendes, contre  2,15 milliards de bonus du personnel. 

    L'étude de New City Agenda appelle les banques à plus de transparence afin de savoir quels paiements sont effectivement couverts par des réserves accumulées et "quels cadavres restent encore dans le placard". 

    Les experts appellent également les actionnaires des banques à soulever des questions concernant les versements de bonus qui ne reflètent pas le taux de profit réel. 


    Lire aussi:

    Grande-Bretagne: la plus grande fuite des capitaux depuis 35 ans
    L'or de Londres englouti par l'Inde et la Chine
    "L'avenir des banques européennes ne leur promet rien de bon"
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    Royal Bank of Scotland (RBS), fraude, amende, scandale, Lloyds Banking Group, Barclays, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik