International
URL courte
219
S'abonner

La police égyptienne a fait usage vendredi de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants protestant contre la décision de transférer à l'Arabie saoudite deux îles faisant l'objet d'un litige territorial entre Le Caire et Riyad.

Des gaz lacrymogènes ont été tirés et plusieurs dizaines de personnes interpellées par la police lors des rassemblements de protestation contre la décision des autorités égyptiennes de céder à l'Arabie saoudite les îles de Tiran et de Sanafir situées dans le golfe d'Aqaba (golfe d'Eilat) à la frontière avec la mer Rouge.

Île de Tiran
© Wikipedia / Marc Ryckaert
Île de Tiran

Les manifestations les plus importantes ont débuté en milieu d'après-midi dans plusieurs quartiers de la capitale égyptienne. Cependant, les protestataires ont été dispersés par la police cairote seulement quelques minutes après le début des rassemblements.

Des militants civils, dont des personnes sympathisant avec le mouvement des Frères musulmans, avaient lancé sur les réseaux sociaux des appels à descendre vendredi dans la rue pour protester contre le transfert des îles contestées à l'Arabie saoudite. Le ministère égyptien de l'Intérieur avait la veille demandé aux habitants du Caire de boycotter les actions de protestation et avait même menacé de "prendre des mesures fermes pour assurer l'ordre public".

La décision de céder les îles de Tiran et de Sanafir fait suite à l'accord de délimitation de la frontière maritime signé il y a quelques jours lors d'une visite du roi saoudien Salmane ben Abdelaziz Al Saoud au Caire. Selon les termes de ce document, les îles susmentionnées  — revendiquées par les deux pays pendant plusieurs décennies — devaient passer à l'Arabie saoudite.

Le détroit de Tiran entre la mer Rouge et le golfe d'Aqaba
© Wikipedia / US CIA
Le détroit de Tiran entre la mer Rouge et le golfe d'Aqaba

Il s'agit de facto d'une renonciation volontaire à ces îles situées dans une région stratégique à la frontière entre le golfe d'Aqaba et la mer Rouge. Un groupe d'avocats égyptiens a saisi la justice d'une demande d'annuler cet accord. Pour entrer en vigueur, ce dernier doit être approuvé par le parlement du pays.

Lire aussi:

Un pont reliera l'Egypte et l'Arabie saoudite
Général égyptien: l’Egypte et l'Arabie saoudite n'ont pas besoin de Mistral
L'Arabie saoudite appuie l'Egypte face « au terrorisme »
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Tags:
îles, transfert, litiges territoriaux, Salmane ben Abdelaziz al-Saoud, golfe d'Aqaba (golfe d'Eilat), île de Sanafir, île de Tiran, Riyad, mer Rouge, Le Caire, Arabie Saoudite, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook