Ecoutez Radio Sputnik
    manifesatation au Brésil contre la destitution de Dilma Rousseff

    Destitution de Dilma Rousseff: la "guerre hybride" en cause

    © REUTERS/ Lunae Parracho
    International
    URL courte
    17324

    Après le vote en faveur de la destitution de la présidente brésilienne Dilma Rousseff, le pays reste divisé en deux camps. Les uns accusent le gouvernement de corruption et de mauvaise gestion, tandis que les autres suggèrent une tentative voilée de coup d'Etat.

    Selon le professeur de politique internationale et d'économie à l'Université de Sao Paulo, Marcos Cordeiro Pires, la destitution de Dilma Rousseff symbolise un pays divisé.

    "Cette situation est provoquée par la guerre hybride qui a commencé au Brésil l'année dernière, ainsi que par l'introduction de groupes étrangers mobilisant la classe moyenne brésilienne en faveur de la destitution", indique Marcos Cordeiro Pires dans une interview accordée à Sputnik.

    Selon le politologue, "dans l'avenir, nous pouvons nous attendre à des changements profonds dans la politique budgétaire et aux premiers changements dans la loi réglementant l'utilisation des réserves de pétrole. Ce résultat, bien qu'il ne soit pas encore complètement prédéterminé, peut retirer le Brésil du groupe des nations luttant avec succès contre l'hégémonie mondiale. Du point de vue du progrès, c'est une énorme défaite du peuple brésilien".

    La députée du Parti des travailleurs Margarida Salomao qualifie le résultat du vote de "grosse déception".

    "Je m'attendais à un combat plus difficile, mais cette évolution était prévisible. C'est l'instinct grégaire qui a prévalu, quand des indécis, se rendant compte que le vote penchait en faveur des partisans du coup d'Etat, ont commencé à se joindre à eux", a déclaré la députée.

    Une opinion similaire est partagée par la députée Maria do Rosario. Selon elle, "des corrompus ont gagné", mais il ne s'agit que de la première bataille. Le peuple sera de nouveau du côté de sa présidente Dilma Rousseff, la soutiendra et empêchera le coup d'Etat.

    La présidente brésilienne Dilma Rousseff a été destituée par les députés de la chambre basse brésilienne. Une majorité des deux tiers au minimum était requise (soit 342 voix sur 513 députés) pour que la procédure d'impeachment passe au Sénat.

    Si le Sénat estime qu'il existe des motifs juridiques en faveur de l'impeachment, Dilma Roussef sera suspendue temporairement de ses fonctions en attendant que le Sénat prononce son verdict final.

    Lire aussi:

    68% des Brésiliens préconisent le départ de Rousseff
    Brésil: manifestations d'ampleur historique contre la présidente Rousseff
    Destitution de Dilma Rousseff: les règles redéfinies
    Tags:
    coup d'Etat, guerre hybride, destitution, Dilma Rousseff, Brésil
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik