International
URL courte
Affaire Böhmermann (28)
12333
S'abonner

Contrairement à leur gouvernement, de nombreux Allemands sont très critiques vis-à-vis d’Erdogan. Certains trouvent même qu’il délire.

Selon Die Welt, un débat télévisé a mis en évidence que des journalistes et téléspectateurs allemands étaient fâchés contre le président turc Recep Tayyip Erdogan. 

Le débat a porté sur un large éventail de questions liées à la politique intérieure et étrangère d’Erdogan, depuis les engagements d’Ankara dans le cadre de l’accord migratoire avec l’Union européenne jusqu’à l’opération contre les Kurdes en passant par la situation de la Turquie sur la scène internationale. Cependant, c’est l’attitude d’Erdogan envers la liberté de la presse qui a suscité les plus vives réactions des participants. 

Beaucoup croyaient même que le président turc délirait. 

"Erdogan est un cas clinique, estime le journaliste Ulrich Kienzle. Car un homme engageant des poursuites judiciaires pour insulte contre 2.000 personnes doit avoir une case en moins". 

Selon M. Kienzle, ce "néo-sultan" réagit à la critique d’une manière trop agressive. Il semble que le journaliste ne craigne pas de se retrouver parmi ces 2.000 personnes. 

Pour les participants au débat, de quelle démocratie peut-on parler dans un pays où "les journalistes vont en prison, au lieu d’aller au travail"? 

Die Welt indique qu’une seule personne a pris la défense du président turc. Il s’agit d’Ozan Ceyhun, homme politique allemand d’origine turque, qui passe pour être l’homme de confiance d’Erdogan en Allemagne. Ses propos dédaigneux ont montré que le dialogue avec les autorités turques ne serait pas chose facile. 

 

Dossier:
Affaire Böhmermann (28)

Lire aussi:

Un humoriste allemand mis sous protection après avoir récité un poème sur Erdogan
En Turquie, des internautes emprisonnés pour insultes contre Erdogan
Sketch anti-Erdogan: 66% des Allemands critiquent la décision de Merkel
Tags:
poursuites, liberté de la presse, Union européenne (UE), Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook