International
URL courte
Accord d'association Ukraine-UE (229)
35624
S'abonner

Si le nouveau gouvernement ukrainien n'arrive pas à régler les problèmes économiques qui se posent au pays, l'Occident pourra remettre en cause le "choix européen" de l'Ukraine, affirment des analystes américains.

Les prédilections politiques de l'Ukraine évoluent de manière cyclique, ce qui fait qu'elle conclut des alliances tantôt avec la Russie, tantôt avec l'Occident. Le nouvel échec des réformes politiques et la lenteur du redressement économique pourraient être lourds de conséquences pour le gouvernement pro-occidental de Kiev, mais aussi pour l'ensemble du mouvement pro-occidental du pays qui risquerait de se voir priver de soutien, estiment les experts du centre analytique Stratfor.

"Le changement de direction rétablira la stabilité en Ukraine à brève échéance, mais la lutte politique pourrait se poursuivre jusqu'à ce que le pays ne parvienne à surmonter les défis intérieurs et extérieurs", lit-on dans un article mis en ligne sur le site du centre analytique.

Au cas où le mécontentement de la société provoqué par la situation économique et la lenteur des réformes se poursuivrait pendant encore quelques mois, il pourrait pousser les autorités à annoncer des élections anticipées, estiment les analystes. Ils craignent que les résultats de ces élections "n'inversent les efforts de l'Ukraine axés sur son intégration avec l'Occident".

"Tout au long de son histoire, l'Ukraine s'est à maintes reprises adaptée tantôt à la Russie, tantôt à l'Occident. La dernière phase de ce développement cyclique a débuté en novembre 2013 lorsque l'ex-président Viktor Ianoukovitch a décidé de suspendre brusquement les négociations portant sur la conclusion d'un accord d'association et la mise en place d'une zone de libre-échange avec l'Union européenne", écrit Stratfor.

A peine formé, le nouveau gouvernement ukrainien s'est heurté à de nombreux problèmes gelés ou latents.

"Maintenant que Iatseniouk et son parti ne sont plus la cible du mécontentement populaire, toute la faute incombera à Porochenko et à son bloc politique. A défaut de progrès en matière de croissance économique et de réformes politiques, les positions de Porochenko et de Groïsman [nouveau premier ministre ukrainien, ndlr] ne tarderont pas à s'affaiblir. Dans ce contexte, on ne pourra pas exclure la tenue d'élections législatives anticipées", soulignent les experts.

Une telle issue risque non seulement de compromettre les mesures de soutien adoptées par le Fonds monétaire international (FMI) et les réformes qui ont déjà été effectuées, mais de remettre aussi en question la voie pro-occidentale suivie par l'Ukraine depuis quelques années.

Dossier:
Accord d'association Ukraine-UE (229)

Lire aussi:

La Russie réagira si l’intégration Ukraine-UE nuit à ses intérêts
Ukraine: l’UE supprimera les visas, mais redoute l’afflux de migrants
Les USA souhaitent faire de l'Ukraine un membre de l'UE à tout prix
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
réformes, croissance, économie, Stratfor, Fonds monétaire international (FMI), Union européenne (UE), Vladimir Groïsman, Arseni Iatseniouk, Viktor Ianoukovitch, Petro Porochenko, Occident, Ukraine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook