Ecoutez Radio Sputnik
    déprimé

    La honte secrète de la classe moyenne américaine

    © Flickr/ Sander van der Wel
    International
    URL courte
    73411

    Presque la moitié des Américains souffrent d'"impuissance financière", constate un magazine d'outre-Atlantique.

    D'où vient cette conclusion pessimiste? De la récente étude du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des États-Unis. Celui-ci a procédé à un monitorage du statut économique des consommateurs américains.

    A la question de savoir comment ils couvriraient une dépense imprévue de 400 dollars, 47% des sondés ont répondu qu'ils seraient obligés d'emprunter de l'argent ou de vendre quelque chose, ou qu'ils ne pourraient pas les payer du tout. "Qui aurait pu le deviner?", s'interroge Neal Gabler dans les pages du magazine The Atlantic.

    "Moi, car je fais partie de ces 47%", répond-il.

    Neal Gabler est un journaliste, écrivain et critique de cinéma de 65 ans, lauréat de différents prix, qui appartient à la couche supérieure de la classe moyenne américaine. Néanmoins, confie-t-il, lui et sa femme n'ont pas d'économies et doivent emprunter régulièrement pour "tenir jusqu'à la fin de la semaine".

    Selon M. Gabler, il n'en parlait pas même à ses amis les plus proches avant de se rendre compte que des millions d'Américains, aisés compris, vivent la même chose.

    Partant de sa propre expérience, l'auteur a étudié la question. Ses conclusions sont décourageantes. Ainsi, selon Edward Wolff, économiste de l'Université de New York, qui prépare un livre sur le bien-être en Amérique, entre 1983 et 2003, la valeur nette médiane des actifs familiaux américains s'est réduite de 85,3% pour 20% des Américains les plus pauvres, de 63,5% pour la catégorie plus aisée représentant un autre cinquième de la population, et de 25,8% pour la troisième catégorie, moyenne, constituant elle aussi 20% des habitants.

    Dans les années 1950 et 1960, la croissance économique a démocratisé la prospérité, se rappelle Neal Gabler. Dans les années 2010, c'est l'insécurité financière qui se démocratise.

    De nombreux Américains restent optimistes, selon l'auteur. Mais les salaires ne montent pas, les économies personnelles restent insignifiantes et il est de plus en plus difficile de maintenir le niveau de vie typique de la classe moyenne. "Beaucoup d'entre nous pensaient que ce que nous vivions pendant des années n'était qu'une période difficile. Mais il est plus probable que ce soit notre vie, souligne le journaliste.

    Selon de nombreux spécialistes, le clivage économique de la société américaine est la raison principale des protestations qui rendent populaires des personnages comme le milliardaire Donald Trump ou le sénateur démocrate Bernie Sanders, radical libéral proche des idées socialistes.

    Lire aussi:

    Le pétrole à 100 dollars, une réalité pour les années à venir
    Le Nobel de l’économie décerné à une étude sur l’inégalité
    La crise financière mondiale de 2008 provoquée par un journaliste?
    Pour les USA, le dollar fort n'est pas une bonne nouvelle
    Tags:
    économie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik