International
URL courte
10301
S'abonner

Le ministre des Finances, Michel Sapin, a exprimé mardi sa solidarité avec le lanceur d'alerte Antoine Deltour, qui comparaît avec deux autres Français au Luxembourg dans le cadre du procès des LuxLeaks, et lui a proposé l'aide de la France, rapporte l'AFP.

"Vous avez cité Antoine Deltour. Je voudrais à mon tour lui dire toute notre solidarité", a affirmé le ministre devant l'Assemblée nationale, en réponse à une question du député Dominique Potier (PS/Meurthe-et-Moselle). "J'ai demandé ce matin à l'ambassadeur de France au Luxembourg et au consulat général de bien vouloir (…) l'aider si nécessaire", a-t-il ajouté.

Pour avoir révélé au grand public les petites affaires des multinationales avec le fisc luxembourgeois en fournissant à la presse quelque 22.000 pages de documents compromettants, le jeune lanceur d’alerte Antoine Deltour pourrait être condamné à 10 ans de prison et plus d'un million d'euros d'amende. Edouard Perrin et Raphaël Halet figurent également parmi les inculpés. Le procès s'ouvre mardi 26 avril au Grand-Duché de Luxembourg.

En novembre 2014, le scandale LuxLeaks a été largement médiatisé. Un groupe de journalistes de Washington a mené une enquête et a révélé que pendant les années 2002-2010, plus de 300 entreprises internationales avaient obtenu des avantages fiscaux de la part du Duché. Une deuxième vague de révélations (surnommée LuxLeaks-2) a suivi en décembre. Les journalistes ont divulgué au monde l'existence de 30 autres sociétés qui bénéficiaient d'allégements fiscaux au Luxembourg.

Lire aussi:

L’incident avec la marine russe près de la Crimée filmé depuis le destroyer britannique – vidéo
Des ossements retrouvés près du domicile de Lucas Tronche, adolescent disparu en 2015 dans le Gard
Moscou met en garde l’Otan contre des conséquences «imprévisibles» après l’incident avec la Royal Navy
Un TGV ciblé par des tirs à Marseille
Tags:
allègement fiscal, LuxLeaks, fraude fiscale, Antoine Deltour, Michel Sapin, Luxembourg, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook