International
URL courte
32125
S'abonner

Les militaires américains ne savaient pas qu'ils étaient en train de frapper un établissement médical, a déclaré vendredi le général Joseph Votel, chef du Commandement central US, dévoilant les résultats de l'enquête sur le bombardement de l'hôpital de MSF survenu en octobre dernier à Kunduz, en Afghanistan.

Ainsi, l'enquête a refusé de qualifier ce bombardement de crime de guerre, insistant sur le terme d'"erreur humaine".

"L'enquête a déterminé que les personnels engagés dans ce bombardement ne savaient pas qu'ils étaient en train de frapper un hôpital", a précisé M.Votel.

"Par erreur, les pilotes pensaient qu'il s'agissait d'un site de Talibans", a-t-il souligné.

L'hôpital de l'organisation internationale Médecins sans frontières a été bombardé le 3 octobre 2015. Au moment de l'attaque, près de 200 personnes se trouvaient à l'intérieur. Selon les données des MSF, le raid aérien a coûté la vie à 42 personnes.

Lire aussi:

Un hôpital de MSF détruit par un bombardement à Alep
Frère d'un médecin tué à l'hôpital MSF de Kunduz: "Je rejette les excuses de l'Otan"
MSF: qui a donc bombardé l'hôpital en Syrie?
L'hôpital yéménite de MSF touché par des frappes aériennes saoudiennes
Hôpital de Kunduz: MSF exige une enquête internationale
Tags:
victimes, hôpital, crimes de guerre, bombardements, Pentagone, Médecins sans frontières (MSF), Kunduz, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook