International
URL courte
44631
S'abonner

Même si les prochaines négociations entre le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre nippon Shinzo Abe n'apportent pas de solution au règlement du litige territorial épineux, cette rencontre, prévue le 6 mai prochain à Sotchi, pourra profiter aux deux camps.

Compte tenu de l'ancienneté du litige territorial entre la Russie et le Japon autour des îles Kouriles et de l'intransigeance de la position des parties, il est peu probable que la prochaine réunion débouche sur une quelconque solution mutuellement acceptable. Toutefois, en lui-même le dialogue permettra de renforcer la coopération bilatérale et même d'affecter la situation sécuritaire dans la région, considère l'analyste politique Anthony V. Rinna dans une tribune pour le National Interest.

La Russie et le Japon ont déjà fait preuve de solidarité dans le domaine de la sécurité, indique l'auteur de l'article. Après le quatrième test nucléaire mené par Pyongyang, Tokyo s'est adressé à Moscou dans le but de coordonner une riposte aux "provocations de la Corée du Nord". Donc un rapprochement ultérieur dans ce sens n'est pas à exclure.

Certes, Moscou dispose moins de moyens d'influence sur Pyongyang que par exemple Pékin. Mais ce rapprochement peut tout de même s'avérer profitable: il permettra de changer la vision traditionnelle sur la situation dans la région qui paraît à ce jour comme un champ de rivalité entre deux camps isolés.

Dans une perspective plus lointaine, la coopération russo-nippone pourrait en outre avoir un effet sur la situation autour de la mer de Chine méridionale. Tokyo prend une part de plus en plus active dans les discussions autour des eaux contestées. Faut-il expliciter qu'un dialogue avec Moscou mené en parallèle permettrait de refroidir l'ardeur de Pékin.

Il est fort probable que le rapprochement entre Moscou et Tokyo déplaise à Washington. Principal partenaire occidental du Japon, l'Etat américain n'a certainement aucune intention de céder ses positions en Asie de l'est. Or, ces derniers temps le Japon a démontré qu'il était prêt à prendre ses décisions relatives à la Russie de façon autonome et sans prendre en compte les vœux de Washington.

D'ailleurs, Anthony V. Rinna considère que le rapprochement entre Moscou et Tokyo pourrait même profiter aux Etats-Unis. Au moins, c'est avec un optimisme prudent que les analystes doivent percevoir cette prochaine rencontre entre Abe et Poutine, conclut-il.

Le litige territorial portant sur quatre îles qui font partie des Kouriles du sud (Itouroup, Kounachir, Shikotan et Habomai) envenime les relations russo-japonaises depuis plusieurs décennies. Il empêche à Moscou et Tokyo, qui restent formellement en guerre depuis la Seconde Guerre mondiale, de signer un traité de paix.

Les îles en question ont été rattachées à l'Union soviétique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et héritées par la Russie après la chute de l'URSS. Tokyo revendique ces îles en évoquant le traité bilatéral sur le commerce et les frontières de 1855 qui reconnaît la souveraineté japonaise sur ces territoires. Moscou souligne pour sa part que sa souveraineté sur les Kouriles est irrévocable et propose au Japon de renoncer à ses revendications et de développer la région de concert avec la Russie.

Lire aussi:

La Russie va aider le Japon à remédier aux conséquences de Fukushima
Le Japon souhaite le retour de la Russie au G8
Kouriles: le Japon hausse le ton contre la Russie
Tokyo évoque la récupération des Kouriles
Tags:
rencontre, litiges territoriaux, Shinzo Abe, Vladimir Poutine, Sotchi, Corée du Nord, Chine, Japon, Kouriles du Sud, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook