Ecoutez Radio Sputnik
    Situation à Bagdad.

    Irak: le gouvernement reprend le contrôle de la situation à Bagdad

    © AP Photo / Karim Kadim
    International
    URL courte
    690

    Auparavant, le président irakien Fouad Massoum avait publié une déclaration appelant les manifestants à quitter le bâtiment du parlement qu'ils avaient pris d'assaut.

    Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a déclaré que la situation était sous le contrôle du gouvernement, alors que Bagdad était hier en proie à de violentes manifestations, annonce la BBC.

    "Nous assurons que la situation à Bagdad est sous le contrôle des forces de sécurité. J'appelle les protestataires à retourner dans les zones destinées aux manifestations, à se conduire paisiblement et à ne pas porter préjudice à la propriété publique et privée, ainsi qu'aux établissements qui appartiennent à tous les citoyens de l'Irak", a indiqué le chef du gouvernement irakien, cité par les médias locaux.

    Auparavant, le président irakien Fouad Massoum avait publié une déclaration appelant les manifestants à quitter le bâtiment du parlement qu'ils avaient pris d'assaut.

    Selon les médias, la plupart des manifestants ont quitté le bâtiment à l'appel de membres de la milice du leader chiïte Moqtada al-Sadr et entamé un sit-in sur la place Ihtifalate autour du parlement.

    Samedi, les partisans du leader chiite Moqtada al-Sadr ont pris d'assaut le bâtiment du parlement irakien. Les députés n'avaient auparavant pas réussi à se mettre d'accord sur la nouvelle composition du gouvernement, en particulier sur la nomination de cinq ministres, en raison de l'absence de quorum.

    Lire aussi:

    Irak: 14 morts dans une attaque visant des pèlerins chiites
    Un ordinateur avec des données sensibles de Daech découvert en Irak
    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    Tags:
    manifestation, Moqtada al-Sadr, Fouad Massoum, Haïder al-Abadi, Bagdad, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik