International
URL courte
280
S'abonner

Moins de deux mois après qu'Apple a refusé de déchiffrer les données protégées d'un iPhone retrouvé à San Bernardino et utilisé par l'un des auteurs de la tuerie, Twitter Inc. refuse à la CIA l'accès à un outil qui fouille ses données, la mode n'étant plus à la collaboration avec les services secrets.

Twitter Inc. a décidé de couper l'accès à Dataminr, outil de veille sur le réseau social dont il possède 5%, aux agences de renseignement américaines, que ce soit la CIA, la NSA ou le FBI, rapporte lundi le Wall Street Journal.

Effectuant des recherches parmi les tweets afin de repérer en amont les tendances émergentes, Dataminr a compilé pendant deux ans la totalité des messages postés pour en vendre par la suite des analyses "en temps réel" aux services de renseignement.  

Selon le quotidien, Dataminr avait notamment prévenu en amont le renseignement américain des attaques terroristes de novembre à Paris. En mars dernier, cette même entreprise aurait alerté la CIA sur les attentats de Bruxelles une dizaine de minutes avant que les médias ne s'en emparent. 

"La plupart des données de Twitter sont publiques, et consultables pour tous facilement", lit-on dans la déclaration de Twitter Inc., publiée à cette occasion.  

iPhone
© Flickr / Kārlis Dambrāns/http://bit.ly/1C1bFE9

Néanmoins, Dataminr est la seule entreprise à laquelle Twitter donne accès à l'intégralité des messages postés sur le réseau en vue d'effectuer une analyse "en temps réel". 

L'expert en matière de protection des données Peter Swire, du Georgia Institute of Technology, relève que la bataille des géants du Net contre la surveillance des réseaux connaît un nouvel épisode aux Etats-Unis. En effet, moins de deux mois après qu'Apple a refusé de déchiffrer les données protégées d'un iPhone retrouvé à San Bernardino et utilisé par l'un des auteurs de la tuerie du 2 décembre 2015, voilà que Twitter refuse maintenant à la CIA l'accès à Dataminr, la mode n'étant plus à la collaboration avec les services secrets.  

Les observateurs supposent que, de toute évidence, Twitter serait préoccupé par la perspective de paraître trop proche du gouvernement et ne souhaite plus donner l'impression de collaborer avec les organes de surveillance américains.

Lire aussi:

Twitter rejoint la lutte antiterroriste
Twitter serait-il en train de devenir impopulaire?
Twitter en proie à des perturbations au niveau mondial
Tags:
interdiction d'accès, analyse, refus, observateurs, Georgia Institute of Technology, Dataminr, FBI, Apple, Agence nationale de sécurité américaine (NSA), CIA, Peter Swire, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook