Ecoutez Radio Sputnik
    Le satellite européen

    Course aux armements spatiaux? Pekin dit "non"

    © Photo. ESA/ATG medialab
    International
    URL courte
    12371

    Le Pentagone garde son habitude de qualifier tous et tout de menace à sa sécurité. Accusant la Chine et la Russie de représenter un danger à l'architecture spatiale américaine, il ne prend pas en considération que ces pays appellent au contraire à s'abstenir de la course aux armements spatiaux.

    Ainsi, se prononçant lors d'une conférence de presse, le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang a rejeté toutes les accusations.

    "Nous étions toujours de l'avis que l'espace ne devait être utilisé qu'à des fins pacifiques. Nous sommes opposés à une course aux armements dans l'espace. Nous appelons tous les pays, en particulier ceux qui disposent de telles capacités, à s'en abstenir", a déclaré le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères.

    Il a également indiqué que la Russie et la Chine, ainsi que certains autres Etats qui partagent leur idée, s'étaient prononcés il y a quelques années pour la conclusion d'un accord visant à éviter la militarisation de l'espace.

    "Nous espérons que plus de pays se joindront à ce processus", a ajouté le représentant chinois.

    La Russie pour sa part a aussi déclaré à maintes reprises que l'espace cosmique devait rester une zone exempte de toute arme afin de garantir des conditions favorables pour l'étude de l'univers dans l'intérêt de l'humanité. Voilà, le but du programme russo-chinois, ainsi que de la résolution adoptée par l'Assemblée générale.

    Lire aussi:

    Les satellites US vulnérables aux attaques de la Russie et de la Chine
    La Russie, menace globale numéro un pour le Pentagone
    Pentagone: les forces aérospatiales russes rivalisent avec l'US Air Force
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    course aux armements, espace, Pentagone, Lu Kang, États-Unis, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik