Ecoutez Radio Sputnik
    Cliven Bundy, propriétaire d'un ranch dans l’Etat du Nevada aux Etats-Unis

    Un éleveur américain poursuit en justice Barack Obama

    © Flickr/ Gage Skidmore
    International
    URL courte
    4263
    S'abonner

    Cliven Bundy, propriétaire d'un ranch dans l’Etat du Nevada aux Etats-Unis, poursuit le président américain Barack Obama et les fonctionnaires de l'Etat, affirmant qu'ils l'ont illégalement placé à l'isolement, qu’ils ont envoyé sur son ranch "un équivalent des troupes de choc", tué ses vaches, et tenté de l'expulser de sa terre.

    Actuellement l'homme, qui est aujourd'hui détenu, réclame 50 millions de dollars de dommages-intérêts et cherche à être libéré de la garde fédérale, rapporte le site Buzzfeed.

    Les réclamations remontent à des événements qui se sont déroulés en 2014, alors que le bras de fer entre la famille Bundy et le gouvernement fédéral a atteint un point culminant. Le Bureau fédéral de gestion des sols avait présenté une ordonnance du tribunal de confisquer 400 bovins pour amendes non payées.

    Les Bundy ont contesté cette décision et ont appelé des centaines de leurs sympathisants à les soutenir. Au moment culminant, les militants pointaient des fusils sur le camp du Bureau fédéral de gestion des sols.
    Cliven Bundy, âgé de 70 ans, et ses fils ont été emprisonnés en février 2016.

    Du côté de la défense, dans le cadre de l'action engagée récemment par Cliven, on trouve Barack Obama, le sénateur Harry Reid ainsi que d'autre représentants des autorités américaines qui, d'après le requérant, agissaient de concert pour lui retirer ses terres. Il est noté que le sénateur Reid et son fils comptaient s'approprier les terres et les vendre au plus offrant.

    Pendant plusieurs décennies à travers les États-Unis les agences fédérales ont confisqué des ranchs, des mines et des forêts. Elles privent leur propriétaire légitime de son bien au nom du gouvernement et utilisent celui-ci à leur propre avantage, abandonnant les gens à leur sort, a déclaré Ammon Bundy après son arrestation.

    La représentante du sénateur Kristen Orthman, de son côté, a déclaré que "Bandy avait violé la loi fédérale pendant des décennies" et que son action était " infondée et absurde".

    "Bandy, son fils et ses supporters ont menacé la vie des officiers fédéraux, ils ont endommagé les terres publiques et ont gaspillé les ressources du pays dans leur propre intérêt. Ce sont des terroristes locaux. Ils ont dangereux et ils seront traduits en justice", a déclaré Kristen Orthman.

    Dans le texte de sa plainte Bandy a mentionné également que dès le moment de son arrestation il avait été illégalement détenu en isolement. D'après le huitième amendement à la Constitution américaine, c'est là un traitement particulièrement cruel pour un homme qui n'a rien fait pour mériter de telles mesures punitives.

    Lire aussi:

    Les fromagers italiens vont en Russie
    Les céréales, une raison décisive du développement de la société?
    Bruxelles: des experts sceptiques sur des quotas laitiers temporaires
    L'UE pourrait renoncer à mettre la date de péremption sur les produits
    Tags:
    ranch, ferme, Constitution, viande bovine, amendements, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik