Ecoutez Radio Sputnik
    Le président américain Barack Obama et le premier ministre japonais Shinzo Abe

    Obama se rendra à Hiroshima mais ne demandera pas pardon

    © Sputnik . SAUL LOEB
    International
    URL courte
    80455

    La Maison Blanche a confirmé que le président américain Barack Obama se rendrait à Hiroshima dans le cadre de sa visite au Japon prévue fin mai. Cependant, il ne s'agit pas pour Washington de présenter ses excuses pour le bombardement atomique qui a emporté la vie de dizaines de milliers d'habitants de cette ville.

    Les autorités japonaises considèrent la visite du président américain à Hiroshima comme un événement historique. Selon le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, cette visite offre une chance historique pour bâtir un monde sans armes nucléaires.

    Cependant, son collègue américain Josh Earnest s'est empressé de déclarer que la première visite d'un président des Etats-Unis à Hiroshima ne constituerait en aucune manière une excuse pour le bombardement atomique de cette ville en août 1945. Le conseiller politique du président américain, Ben Rhodes, a lui aussi souligné que les Etats-Unis n'envisageaient pas de revoir leur décision concernant le bombardement d'Hiroshima adoptée à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    C'est la raison pour laquelle la question des excuses ne sera pas évoquée lors de cette visite, estime le spécialiste du Japon Dmitri Streltsov, professeur de l'Institut des relations internationales de Moscou.

    "Les Etats-Unis sont persuadés que les bombardements atomiques étaient logiques et justifiés, car ils ont permis de sauver la vie d'environ un million de soldats américains qui auraient été tués en cas de combats sur le territoire japonais. Les Américains considèrent également que ces bombardements ont précipité la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Japonais estiment pour leur part qu'il s'agit d'un acte insensé, barbare et injustifiable", a déclaré M. Streltsov à l'agence Sputnik.

    Selon l'expert, malgré leur attitude négative envers les bombardements, les Japonais ne demandent pas aux Américains de présenter des excuses.

    "Cela s'explique par le fait que le Japon éprouve toujours à l'égard des Etats-Unis un sentiment très complexe, où la condamnation des bombardements atomiques s'allie à la reconnaissance pour la prospérité d'après-guerre, pour la protection contre la menace communiste et la promotion de la démocratie. La première visite d'un président américain à Hiroshima aura donc une valeur purement symbolique, celle d'un geste pacifiste", a conclu l'expert.

    Les 6 et 9 août 1945, les Etats-Unis ont largué des bombes atomiques sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, faisant entre 130.000 et 250.000 morts.

    Lire aussi:

    Décès de l'unique survivant des deux bombardements atomiques du Japon
    Japon: Israël s'excuse pour une déclaration sur les bombardements atomiques
    Espionnage US du Japon: Obama s'excuse…pour le débat suscité
    Tags:
    excuses, bombardements atomiques, visite, Seconde Guerre mondiale, Ben Rhodes, Josh Earnest, Yoshihide Suga, Shinzo Abe, Barack Obama, Washington, Nagasaki, Hiroshima, Japon, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik