Ecoutez Radio Sputnik
    Photo d'illustration

    Régime sans visas: Ankara dit avoir rempli la totalité des conditions

    © AFP 2019 Bulent Kilic
    International
    URL courte
    8123

    Le ministre des Affaires européennes et négociateur principal de la république de Turquie, Volkan Bozkir, a déclaré qu'Ankara avait rempli les 72 conditions nécessaires à l'abrogation du régime des visas avec l'UE.

    Mercredi, la Commission européenne a proposé au Parlement européen et au Conseil de l'UE de lever l'obligation de visa pour les citoyens turcs, étant entendu qu'Ankara remplira d'ici fin juin les cinq critères encore en suspens de la feuille de route sur la libéralisation du régime des visas. Plus précisément, il s'agit de la lutte contre la corruption, de la protection des données, de la coopération judiciaire avec tous les États membres, de  la coopération renforcée avec Europol et de la révision de la législation en matière de terrorisme. 

    Le jour même, le porte-parole du président du Parlement européen Martin Schulz a fait savoir que le Parlement européen ne lancerait l'étude du projet concernant le régime sans visas pour la Turquie que lorsqu'Ankara aurait rempli l'ensemble des 72 conditions imposées par l'UE.

    "La Turquie a rempli les 72 conditions (nécessaires à la suppression du régime des visas, ndlr), et dans le rapport de la Commission européenne le changement de la législation turque en matière de terrorisme n'est pas mentionné en tant que condition sine qua non, il s'agit de recommandations. La déclaration du vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, sur le non-respect par la Turquie de cinq critères a suivi la publication du rapport et a créé un quiproquo. Même si le régime des visas n'est pas levé, nous ne modifierons pas la législation relative à la lutte antiterroriste dans notre pays, où le peuple souffre du terrorisme", a indiqué le ministre turc lors d'une conférence de presse à Strasbourg. 

    "Lorsque la Commission européenne a reçu le rapport, la perception de l'existence de problèmes de liberté d'expression est apparue. Maintenant, la responsabilité de correction de cette perception erronée repose sur la Commission européenne. Les deux parties ont déployé d'importants efforts, ont fait preuve de confiance mutuelle, et se trouvent au seuil de décisions politiques cruciales. Pour cela, le Conseil de l'Europe et le Parlement européen doivent prêter attention aux raisons du changement de ce paradigme",  a ajouté M. Bozkir.

    Et de conclure que des "ennemis de la Turquie", opposés à la levée du régime des visas, ont profité de la situation. "Nous mettrons tout en place pour poursuivre nos efforts visant à passer au régime sans visas. Non seulement la Turquie, mais aussi l'UE doit le faire", a dit le ministre.

    Lire aussi:

    Le régime de visas entre la Turquie et l'UE maintenu?
    Exempter les Turcs de visas européens, une force de chantage pour Ankara?
    La Commission européenne recommande d'exempter les Turcs de visas
    Tags:
    régime sans visas, lutte antiterroriste, visas, Conseil de l'Europe, Parlement européen, Commission européenne, Frans Timmermans, Martin Schulz, Turquie, Europe
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik