Ecoutez Radio Sputnik
    la projection du portrait de Recep Tayyip Erdogan avec la couronne de la reine d'Angleterre

    Après la moustache d’Hitler, une couronne: Erdogan dans le viseur des artistes

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    22294
    S'abonner

    Le président turc ne cesse d'attirer l'attention de la communauté internationale: après la liberté d'expression, Erdogan s'en prend à l’immunité parlementaire. Une initiative "digne" d'une couronne de la reine…

    Après la projection du portrait de Recep Tayyip Erdogan avec la moustache d'Hitler, le collectif militant Pixel Helper a projeté dans la nuit du 18 au 19 mai sur la façade de l'ambassade turque à Berlin le président turc avec une couronne de la reine d'Angleterre, ainsi que le blason du Troisième Reich avec le logo du parti au pouvoir AKP et un pseudo-titre du journal fasciste de Völkischer Beobachter, qui stipule que "Le Reichstag transmet le pouvoir à Erdogan".

    le blason  du Troisième Reich  avec le logo du parti au pouvoir AKP
    © Sputnik .
    le blason du Troisième Reich avec le logo du parti au pouvoir AKP

    Les causes de cette action sont expliquées par l'artiste Oliver Bienkowski, membre du collectif militant Pixel Helper, dans une interview accordée à Sputnik.

    "Nous avons voulu attirer l'attention sur les problèmes survenant en Turquie liés à la levée de l'immunité parlementaire. Erdogan tente de reformater la Turquie en dictature présidentielle", indique-t-il.

    Et d'ajouter: "Toute personne née en Allemagne est obligée de faire des efforts pour prévenir l'apparition de dictateurs et de systèmes totalitaires pareils. Chacun est capable de tracer les parallèles entre ce qui se passe maintenant, à savoir l'attitude d'Erdogan envers les médias, les arts et l'opposition, et la loi des pleins pouvoirs de 1933 (loi allemande qui accordait à Adolf Hitler le droit de gouverner par décret, ndlr.). Il est nécessaire d'ouvrir les yeux à toute personne qui nie cette similitude".

    Les internautes du monde entier partagent activement ces photos dans les réseaux sociaux, ce qui laisse au collectif Pixel Helper espérer que le président turc a reçu leur message et que le vote définitif sur la levée de l'immunité parlementaire échouera.

    un pseudo-titre du journal fasciste de Völkischer Beobachter stipulant que Le Reichstag transmet le pouvoir à Erdogan
    un pseudo-titre du journal fasciste de Völkischer Beobachter stipulant que "Le Reichstag transmet le pouvoir à Erdogan"

    Le projet de loi envisageant de priver une partie des députés du parlement turc de l'immunité parlementaire, adopté dans un premier tour de scrutin, semble être capable de détruire l'équilibre politique du pays et risque de déclencher des heurts directs entre les Turcs et les Kurdes, ce qui signifierait une scission dangereuse dans la société. Récemment, le président du conseil d'administration de l'institut de sondage Konda, Tarhan Erdem, a déclaré que la proposition de levée de l'immunité parlementaire était un signe que la Turquie s'éloignait dangereusement de la démocratie.

    Le président turc n'est pas le seul à être dans le viseur de Pixel Helper. Par une autre projection, cette fois sur la façade de l'ambassade d'Arabie saoudite à Berlin, M.Bienkowski a voulu souligner la violation des droits de l'homme par les autorités saoudiennes, ainsi que leur possible soutien aux organisations terroristes.

    Ainsi, les membres de Pixel Helper ont organisé de nuit un spectacle lumineux, attirant l'attention sur les liens potentiels existant notamment entre le royaume et Daech. Tard dans la soirée du 13 mai, on pouvait lire sur les murs du bâtiment de l'ambassade saoudienne "Banque de Daech", inscription accompagnée d'un drapeau des djihadistes.

    Lire aussi:

    Un artiste militant proteste contre les régimes dictatoriaux
    "La levée de l'immunité parlementaire provoquerait le terrorisme en Turquie"
    La levée de l’immunité parlementaire mettrait fin au système politique turc
    Tags:
    immunité, couronne, Oliver Bienkowski, Recep Tayyip Erdogan, Allemagne, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik