Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Washington: Assad devra partir, même au prix du sang versé en Syrie

    © AP Photo/ Dusan Vranic
    International
    URL courte
    41117634168

    La destitution du président syrien Bachar el-Assad reste le principal objectif des Etats-Unis en Syrie, a confirmé département d'Etat américain.

    Washington n'est pas prêt à renoncer à cet objectif en échange du rétablissement de la paix en Syrie, a affirmé le porte-parole du département d'Etat Mark Toner, interrogé par les journalistes.

    Parmi les priorités des Etats-Unis en Syrie, M.Toner a cité la victoire sur Daech et la cessation de la guerre dans ce pays, qui vient seulement en deuxième position. Cependant, Washington n'acceptera pas une victoire sur l'Etat islamique qui soit réalisée par l'armée officielle du gouvernement syrien.

    Les succès des troupes gouvernementales dans la lutte contre Daech ne réjouissent pas Washington, a avoué le responsable.

    Les Etats-Unis n'envisageaient pas et n'envisageront pas la possibilité de maintenir au pouvoir Bachar el-Assad.

    "Notre position et celle du Groupe de soutien international à la Syrie (GISS) a toujours été de vouloir maintenir l'intégrité territoriale de la Syrie au sein de ses frontières actuelles. Nous ne croyons pas que M. Assad puisse faire partie de l'avenir de la Syrie, compte tenu de ce qu'il a fait", a déclaré le porte-parole du département d'Etat.

    Lire aussi:

    Des dizaines de morts dans un raid aérien contre un camp de réfugiés en Syrie
    Focus sur l'armée de l'air syrienne
    "L'effet Poutine" ferait-il de l’ombre à Bachar el-Assad?
    Les USA confirment la baisse des salaires des terroristes de Daech
    Tags:
    Mark Toner, Bachar el-Assad, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik
    • avatar
      huggygaya
      Le visage pâle qui à massacré les indiens d'Amérique à toujours la langue fourchue,c'est dans leur nature.
    • ricardoen réponse àhuggygaya(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      huggygaya, Hug !!! +1
    • avatar
      Kali
      Vive Bachar élu DEMOCRTIQUEMENT par son peuple Vive Poutine et mort à ces raclures etasuniens et co !!!
    • avatar
      Kalien réponse àKali(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Démocratiquement bien sur ma tablette parfois est hors contrôle😃
    • avatar
      espacedistribution
      Il faut savoir que tous les conflits modernes dans le monde sont mis en œuvre par une organisation nommée PNAC – Project for the New American Century.

      À l’image d’une entreprise, cet organisme, sous couverture associative, fait appel « à des investisseurs » pour promouvoir ses guerres hégémoniques et atteindre des objectifs territoriaux et financiers à travers le monde.

      L’enlisement des États-Unis en Irak, suivit de l’échec de la destitution forcée d’Assad en Syrie, grâce à l’intervention de la Russie, est donc un coup sévère porté à ces membres et leurs investisseurs. Investisseurs qui ont « cramé » des trillions de dollars dans l’aventure Syrienne et sans, à ce jour avoir obtenue de résultats probants. Ce qui explique l’hystérie du « p’tit » Mark Toner.

      Voici la liste de noms de ceux qui ont décidé en 2003 de déclencher le chaos au Moyen-Orient, après la guerre de religion des Balkans en 1991 :

      Dirigeants William Kristol (Président et fondateur, journaliste au Weekly Standard et à la Fox News) Robert Kagan (Co fondateur du PNAC et membre du conseil des Affaires Etrangères) Bruce Jackson (Président de la commission des États-Unis à l’ONU) Randy Shennemann (Conseiller du Secrétaire d’Etat à la Défense, Rumsfeld) Mark Gerson (Directeur exécutif du PNAC)
      Equipe de recherches
      Gary Schmitt (Co fondateur, directeur exécutif du PNAC et du Foreign Intelligence Advisory)
      Ellen Bork (Membre de l’International Republican Institute)
      Thomas Donnelly (Membre de AEI et auteur de Rebuilding America’s Defenses)
      Reuel Marc Gerecht (Spécialiste du Moyen-Orient à la CIA)
      Timothy Lehmann (Directeur assistant)
      Mickael Goldfarb (Chercheur associé)
      Autres membres
      Dick Cheney (Vice président des États-Unis)
      Donald Rumsfeld (Ex secrétaire d’Etat à la Défense)
      Paul Wolfowitz (Ex sous secrétaire d’Etat à la Défense, Président de la Banque Mondiale)
      Jeb Bush (Gouverneur de Floride)
      Gary Bauer (Ex candidat à la présidence des États-Unis, Président de « Valeurs Américaines »)
      Dan Quayle (Ex vice président des États-Unis sous Bush senior)
      Lewis Libby (Secrétaire général de Dick Cheney)
      Richard Armitage (Ex directeur du Pentagone sous Reagan)
      Woolsey (Ex directeur de la CIA)
      Elliot Abrams (Conseiller à la sécurité nationale)
      Richard Perle (Conseiller de G.W. Bush aux Affaires Etrangères)
      Newt Gringrich (Ex président Républicain de la Chambre des Représentants sous Clinton)
      John R. Bolton (Représentant des États-Unis à l’ONU)
      Jeanne Kirkpatrick (Ambassadrice permanente des États-Unis à l’ONU)
      Abraham Shulsky (Directeur de l’Office des Plans Spéciaux)
      Francis Fukuyama (Président du Conseil de Bioéthique)
      Douglas Feith (Numéro 3 du Pentagone)
      Khalilzad (Ambassadeur des États-Unis en Irak)
      Paula Drobriansky (Conseillère au Département d’Etat)
      William J. Bennett (Directeur de l’Office National de la politique de contrôle des stupéfiants)
      Eliot A. Cohen (Directeur du department des Etudes Stratégiques)
      Midge Decter (Journaliste conservateur)
      Steve Forbes (Millionnaire et propriétaire du Journal éponyme)
      Aaron Friedberg (Membre du Aspen Strategy Group)
      Donald Kagan (Professeur à Yale)
      Norman Podhoretz (Membre du Council on Foreign Relations)
      Vin Weber (Sénateur Républicain du Minnesota)
      George Weigel (Membre du Ethics and Public Policy Center)
      Peter W. Rodman (Assistant de Rumsfeld et vice president du Worlds Affairs Council)
      Fred C. Ikle (Membre du Council on Foreign Relations)
    • normandieniemenen réponse àKali(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Kali, vous embetez pas pour l'orthographe de ce mot ,la démocratie est tellement relative
    • avatar
      davidlissouk
      Ce qui m'intrigue c'est que la Russie continue à croire que les USA sont réellement intéresses à combattre le terrorisme car les groupes comme l'EI et le Front al nostra d'une certaine manière serve leur but ultime à savoir éjecter Assad du pouvoir. On le voit bien à raqqa où les USA font pression sur les Kurds afin que ces derniers freinent leur avance sur raqqa dans le but de laisser les terroristes redéployer leur forces dans les provinces telles que Deir Eizzur ou encore homs. La Russie devrait donc prendre des mesures fortes afin de déjouer de tels plans et accentuer ses frappes sur les groupes terroristes
    • avatar
      serge.peon-2
      Comment peut on croire que les États Unis luttent contre le terrorisme puisqu'ils ont le même ennemie soit éliminer Bachar el Hassad.

      Au moyen orient, des pire que Bachar il y en a pas mal a l'instar de la tête de Turc, pourtant ce sont des amis alors pourquoi Bachar, il n'y a pas un problème de tuyau qui passerai par la Syrie mais pas dans le bon sens?
    • fast-food
      L’armée israélienne a perquisitionné dans la nuit de jeudi à vendredi une radio proche du groupe terroriste Jihad islamique, accusée de contribuer à la vague de violences actuelles en diffusant des incitations à la haine.

      www.lemondejuif.info/2016/03/netanyahu-israel-remercie-hollande-pour-son-aide-dans-la-lutte-contre-l

      Je lis ça et je capte que les ausaizis commencent de rechanger fusil d’épaule,ils reviennent au première hymne âpres avoir gouté aux échecs cuisantes.
      Maintenant Bashar est la tête à couper,mais hier c’était la même chose,non?
      De là on voit que les serpent change de peau même quand son corps affamé rétrécit et maigris à court d'argumentation,plus simple qu'ils les usaizis n'ont plus d'autre argument à mettre devant l'opinion publique pour justifier leurs crimes cannibalesque et destructives.

      y a que à regarder:

      www.google.fr/search?q=villes+allemandes+detruites+pendant+la+2+guerre+mondiale&client=firefox-b

      et comparer;

      www.google.fr/search?client=firefox-b&biw=1920&bih=969&tbm=isch&sa=1&q=villes+Sy

      où est la différence?!
    • avatar
      vrkpt8wq
      Les Américains confirment donc que si Bashar quittait le pouvoir, la paix serait rétablie en Syrie. Ils affirment donc implicitement qu'ils contrôlent et ISIS et Al Nustra et tous les groupements terroristes. Si Bashar quittait il n'y aurait plus personne pour se battre contre Daesh et Al Qaida si ce n'est quelques Kurdes qu'Erdogan n'aiderait certainement pas.
    • avatar
      vrkpt8wq
      J'ai été très admiratif pour Mr Poutine jusque récemment. IL me semble qu'il s'est sérieusement trompé en n'anticipant pas le fait que et l'Arabie, et la Turquie et les USA et Israël n'allaient pas profiter de ce "cessez-le-feu" pour réarmer et renforcer en milliers d'hommes les terroristes qui étaient sur le point d'être éliminés. Il semble que Mr Poutine ne veuille pas d'une victoire de Mr Bashar El Assad. J'ai peur qu'il cherche un accord politique pour pouvoir abandonner Assad.
    • Skevin
      Mais qui croit que les USA puissent faire partie de l'avenir de qui que ce soit compte tenu des crimes qu'ils ont commis? Soi dit en passant des crimes qui dépassent finalement tout ce qui est attribué à Staline ou Mao.
    • avatar
      ygalsky2011en réponse àimouts(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      imouts,
      Il n'y a plus de miracles, les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent !
    • avatar
      ygalsky2011en réponse àvrkpt8wq(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      vrkpt8wq,
      La Russie est son Président savent très bien quel est le degré de perversité des dirigeants us. N'en doutons pas.
      Il est normal, pour la Russie, de ne pas dévoiler la stratégie mise en œuvre envers les pervers us, qui ne sont pas fiables et avec lesquels aucun accord ne peut-être passé sur ce sujet.
      La Syrie représente pour la Russie un atout majeur en Méditerranée Orientale, qu'elle ne peut brader !
    • avatar
      ygalsky2011en réponse àespacedistribution(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      espacedistribution,
      Merci du rappel !
    • avatar
      b.tartar
      Cette attaque contre le régime Syrien était programmée depuis 2006, ils ne pouvaient pas organiser une attaque de masse comme c'est le cas actuellement en 6 mois.
      L'OTAN la machine de guerre des USA qui bien qu'ils se prennent pour des gros bras, ils se retranchent toujours derrière cette organisation mafieuse, l'OTAN/ARABIE/QATAR/TURQUIE avaient donc programmée la destitution du Président ASSAD.
      L'UKRAINE était le leurre qui bien que cela pouvait réussir dans ce pays de mafieux, il y avait derrière le projet de destituer ASSAD et dans faire une colonie américaine.
      Les 2 seuls Pays Musulmans qui résistent encore à l'impérialisme US sont l'Algérie et la Syrie, il faudra faire attention dans les mois qui viennent pour voir l'évolution de la situation en Algérie !
      Au dessus de la pyramide, ceux qui tirent les ficelle, les ROTHSCHILD/ROCKFELLER et toute la clique de caniches payés avec de la fausse monnaie US, tous ces technocrates non élus de bruxelles qui n'arrêtent pas d'aboyer depuis que le Président Poutine à placé une ligne rouge, croyez moi ces personnages ne veulent pas mourir, assassiner où faire assassiner ce n'est rien pour eux mais actuellement ils marchent sur des œufs avec la Russie/la Chine et l'Iran.
    • Victor De Gaulle
      Le cancer US est coriace ...
    • ELUen réponse àVictor De Gaulle(Afficher le commentaireCacher le commentaire)
      Victor De Gaulle,
      Les chirurgiens et les radiothérapeutes sont Russes...
    • avatar
      michel.louis.loncin
      Pou cela, ils devront combattre la Russie !!!
    • Skevin
      Amusant! Les USA, une fois de plus font mine de s'intéresser aux droits de l'homme quand ça les arrange. Pourtant, quand il s'agissait de mettre en balance la protection des arméniens pendant le génocide arménien, avec les intérêts américains, les USA ont préféré soutenir le gouvernement turs (C. Simpson: The Splendid Blond Beast). Combien de juifs fuyant les horde hitlériennes les USA ont-ils accepté (mis à part des artistes, intellectuels sélectionnés soigneusement, ceux qui pouvaient rapporter)? Autant que de réfugié irakiens aujourd'hui? A combien de criminels nazis, les USA ont ils offert leur protection aux USA même ou en Allemagne pour y former un gouvernement à leur botte après la guerre? Ont-ils soutenu Battista, Somoza, Pinochet, Stroessner...tous les criminels qui ont torturé et massacré leurs peuples. Ont-ils jamais protesté contre eux? Jamais. Être poursuivi par la vindicte US comme l'est Bachar el Assad prouve déjà que cet homme n'est pas totalement mauvais. Les USA c'est un peu comme l'église catholique qui n'a jamais excommunié de nazis en tant que tels, seulement des communistes.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)