International
URL courte
9327
S'abonner

La Turquie menace de ne pas appliquer l’accord sur les migrants du 18 mars si l’UE ne supprime pas les visas pour ses ressortissants. En même temps, Ankara refuse d’appliquer certains des 72 points qui conditionnent pour l’Union cette libéralisation des visas.

Le président turc Erdogan a menacé l'Union européenne de bloquer la mise en œuvre de l'accord sur les migrants si l'UE n'exemptait pas ses compatriotes de visas. "Une étape devait être franchie le 30 juin au sujet des visas. Notre ministre des Affaires étrangères, notre ministre des Affaires européennes vont avoir des discussions (avec les Européens)", a indiqué le président turc à l'occasion d'une conférence de presse organisée à Istanbul.

Pour mettre en œuvre le régime sans visas pour les citoyens turcs, l'UE exige qu'Ankara remplisse certaines conditions. Cette liste de 72 exigences imposées par l'UE suscite le mécontentement de Recep Tayyip Erdogan, qui cite l'exemple de l'Amérique latine, dont les citoyens n'ont pas besoin de visas pour se rendre en UE et qui n'a pas eu de critères à remplir pour l'obtenir.

"Si un résultat est obtenu, tant mieux. Dans le cas où aucun résultat ne serait obtenu, qu'ils nous excusent", a annoncé le dirigeant turc.

Le gouvernement turc avait fait monter la pression ces dernières semaines, menaçant de ne plus appliquer sa part de l'accord migratoire du 18 mars si la "promesse" européenne d'une exemption de visas n'était pas tenue. Cet accord controversé prévoit que les nouveaux migrants arrivant sur les îles grecques seront renvoyés vers la Turquie, l'UE s'engageant en échange à prendre en charge un demandeur d'asile pour un migrant économique pris en charge par la Turquie. L'accord est valable pour 72 000 migrants uniquement.

Parmi ces 72 critères à remplir pour rendre la mesure possible, citons l'amélioration de la lutte des autorités turques contre la corruption, la négociation d'un accord avec Europol ou encore une révision de la législation du pays sur le terrorisme.

Lire aussi:

400 terroristes ont pénétré en Syrie depuis la Turquie
L'UE s'inquiète des dangers d'une levée des visas avec la Turquie
Un Gilet jaune interpellé pour avoir remplacé le portrait de Macron par un QR code
Grève des sapeurs-pompiers: «Nous préférons attendre d’avoir des certitudes sur les vaccins»
Tags:
Turquie, Recep Tayyip Erdogan, migrants, régime sans visas
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook