International
URL courte
274
S'abonner

Un incendie dans le dépôt de combustible nucléaire usé d'une centrale de l’est des Etats-Unis pourrait avoir des conséquences désastreuses pour les habitants du pays, préviennent les physiciens.

Cinq ans après l'accident nucléaire de Fukushima, un groupe de physiciens américains a décidé d'imaginer dans leur étude un scénario catastrophique selon lequel un désastre de ce type se serait produit à la centrale nucléaire de Peach Bottom située dans l'Etat de la Pennsylvanie.

Les dégâts potentiels pourraient être encore plus lourds que ceux causés par la catastrophe du Japon, indique le site Science News, citant l'étude.

Le danger réside dans le fait que toutes les centrales nucléaires conservent leur combustible usé au fond de piscines de stockages, et ce, pendant au moins quatre ans, le temps nécessaire pour qu'il refroidisse.

Si une centrale prends feu, un incendie dans la piscine libérerait du césium-137. Un nuage radioactif couvrirait alors la Pennsylvanie et la Floride pour contaminer ensuite la plupart des Etats Mid-Atlantiques, ce qui pourrait toucher plus de 18 millions de personnes.

L'étude est basée sur les données obtenues suite à la catastrophe de Fukushima, qui est le résultat d'un séisme et d'un tsunami. Environ 90.000 personnes ont été alors évacuées, un nombre comparable de personnes ont quitté leurs maisons par leurs propres moyens.

Afin d'éviter des catastrophes de ce type, les scientifiques conseillent à la Commission américaine de réglementation nucléaire de renforcer le contrôle de la sécurité sur les centrales et d'examiner la possibilité de conserver le combustible usé non pas dans des piscines, mais dans des récipients en béton.

Lire aussi:

Les USA négligent la sécurité nucléaire en Europe de l'Est
Pourquoi le projet de cœur artificiel nucléaire a-t-il été abandonné?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
Tags:
accident nucléaire, centrale nucléaire, nucléaire, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook