International
URL courte
246
S'abonner

Le groupe rebelle Vengeurs du delta du Niger a bloqué un terminal pétrolier de la société américaine Chevron, a annoncé jeudi l'agence Reuters.

Selon le service de presse de la société, les rebelles ont fait exploser une ligne de haute tension qui fournissait du courant électrique au terminal d'Escravos. Le port accueillant les pétroliers est actuellement hors-service.

"Nous avons prévenu la direction de Chevron, mais elle n'a pas jugé nécessaire de nous écouter. Nous venons de faire sauter leur principale ligne électrique", lit-on dans un communiqué des Vengeurs. Le document souligne que cette attaque n'a pas fait de victimes.

D'après les Vengeurs du delta du Niger, ils luttent pour faire cesser la production et le transit de pétrole dans le delta du Niger afin de réduire la pollution de l'environnement dans la région. Ils cherchent en outre à obtenir l'indépendance pour le delta du Niger dont la population — 31 millions d'habitants — vit dans la misère alors que la production pétrolière rapporte 70% des recettes du budget nigérien. Les autorités du pays accusent l'organisation de chantage et d'escroquerie en affirmant que les rebelles commettent des attentats terroristes afin d'amener les compagnies pétrolières à partager leurs bénéfices avec eux.

Les Vengeurs du delta du Niger ont multiplié et amplifié leurs actions ces derniers mois, ce qui n'a pas tardé à provoquer une baisse de la production pétrolière et un reflux de capitaux étrangers. Le gouvernement a répliqué en déployant des troupes supplémentaires dans la région.

Lire aussi:

Niger : plus de 300 chrétiens toujours sous protection policière à Zinder
Niger: tirs de gaz lacrymogènes à Niamey pour disperser une manifestation interdite de l'opposition
Manifs anti-Charlie Hebdo au Niger: au moins sept églises incendiées à Niamey (AFP)
Un mort et un blessé par balles devant un hôpital à Paris - images
Tags:
environnement, terminal, attaque, Chevron Corp, Vengeurs du delta du Niger (NDA), Escravos, Niger
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook