International
URL courte
35229
S'abonner

L'historien israélien Robert Rockaway vient de faire une découverte historique sensationnelle: le monde était à deux doigts de prévenir la guerre la plus sanglante de l'histoire.

Alors qu'il faisait des recherches pour son livre sur les gangsters juifs des années 30, M. Rockaway a découvert des informations sur un complot contre Adolf Hitler tissé par une mafia juive qui avait engagé un mercenaire de ladite Murder Incorporated pour venir à bout du Führer.

"J'ai interviewé l'ancien gangster Dutch, un homme de Bugsy Siegel et Meyer Lansky (mafieux juifs américains, ndlr). Il a révélé qu'en 1933, la mafia juive cherchait un jeune homme robuste, l'un des siens, pour assassiner Hitler", indique l'historien.

Pour vérifier ces informations, Robert Rockaway a fait des recherches dans les archives du FBI et a fini par trouver un dossier sur ce projet d'élimination d'Hitler.

En 1933, Adolf Hitler venait d'arriver au pouvoir. Les lois discriminatoires de Nuremberg n'étaient pas encore signées et les pogroms de la nuit de Cristal n'étaient pas encore perpétrés, mais certaines personnes comprenaient déjà qui était aux commandes de l'Allemagne.

La tête de Führer a été évaluée à 2.500 dollars (équivalent de 45.000 dollars aujourd'hui). Toutefois, le directeur du FBI de l'époque, Edgar Hoover, a torpillé ce projet d'attentat. Les autorités américaines ne pouvaient pas permettre à un citoyen Américain d'assassiner le dirigeant d'un Etat étranger. Une enquête a alors été engagée et Hitler est resté en vie.

Lire aussi:

Vingt ans de recherches pour rédiger un "guide d'Hitler" et comprendre l'horreur
Les populistes de droite peuvent se réunir à la brasserie fréquentée par Hitler
Les mystères de l’histoire russe : La favorite d’Hitler serait-elle une agente de Staline?
Vol «d’enfer» entre le Maroc et la Belgique: les passagers hurlent et prient en pleine tempête – vidéo
Tags:
attentat, meurtre, Juifs, mafia, FBI, Adolf Hitler, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook