Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux de la Serbie et de l'UE

    Les sanctions antirusses et 2 autres exigences pour que Belgrade adhère à l'UE

    © AP Photo / Darko Vojinovic
    International
    URL courte
    30475
    S'abonner

    Lors de la dernière réunion du premier ministre serbe avec les ambassadeurs américain, britannique, français, allemand et italien, Belgrade a reçu trois exigences: changer la constitution selon laquelle le Kosovo fait partie de la Serbie, cesser de soutenir le président de la République serbe de Bosnie et imposer des sanctions contre la Russie.

    Selon le journal serbe Danas se référant à ses propres sources, à la veille de la formation du nouveau gouvernement le premier ministre serbe Aleksandar Vucic a rencontré les ambassadeurs américain, britannique, français, allemand et italien, qui ont mis en avant trois exigences claires et urgentes: changer la constitution disposant que le Kosovo est une partie intégrante de la Serbie, cesser de soutenir le président de la République serbe de Bosnie Milorad Dodik et se rejoindre enfin aux sanctions antirusses.

    D'après les sources diplomatiques citées par le journal, ce sont des "attentes légitimes de l'Occident".

    "Il est clair que sans modification de la constitution, c'est-à-dire, sans reconnaître la situation réelle pour normaliser les relations et assurer la coexistence avec les citoyens du Kosovo, il est impossible de parvenir à la stabilité et au progrès économique dans la région", a indiqué une source.

    Quant à la politique de Milorad Dodik, l'interlocuteur du journal souligne qu'elle "entrave le fonctionnement normal de la Bosnie-Herzégovine, à savoir l'adhésion à l'UE".

    En ce qui concerne les sanctions antirusses, "la Serbie, dont l'objectif prioritaire est l'appartenance à l'UE, doit adapter sa politique étrangère à la politique de l'UE".

    "Il ne s'agit pas que de l'économie, mais aussi des valeurs partagées par tous les Etats membres de l'UE. Si la Serbie cherche à devenir un membre à part entière de l'UE, alors il serait logique d'œuvrer pour la réalisation des valeurs sur lesquelles l'Union européenne se fonde", a affirmé la source.

    Les négociations d'adhésion à l'UE, qui prennent généralement des années, sont divisées en 35 chapitres très divers couvrant des domaines comme l'économie, l'énergie, l'Etat de droit… Il s'agit de rapprocher la législation et les pratiques du pays candidat à "l'acquis communautaire", préalable indispensable à une entrée dans le bloc européen.

    Lire aussi:

    Serbie membre de l'UE: et si les Serbes disaient non?
    L’UE met la pression pour que la Serbie rejoigne les sanctions contre Moscou
    Serbie: les forces pro-européennes l'emportent aux législatives
    Tags:
    sanctions antirusses, Milorad Dodik, Aleksandar Vucic, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Russie, Italie, Allemagne, France, Royaume-Uni, États-Unis, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik