International
URL courte
1131
S'abonner

Le "triple talaq", ce divorce instantané n'est pas conforme au Coran et ruine la vie des femmes et des enfants, selon plusieurs associations de femmes indiennes.

En Inde, plus de 50.000 musulmanes se sont prononcées contre la pratique du "triple talaq", qui permet à l'homme de divorcer en prononçant simplement le mot "talaq" trois fois de suite.

Une pétition ad hoc a été soumise à la Commission nationale pour les femmes (NCW) par les membres du Bharatiya Muslim Mahila Andolan (BMMA). Ils estiment que ce divorce instantané n'est pas conforme au Coran et ruine la vie des femmes et des enfants. 

"Nous exigeons de mettre un terme à la pratique du divorce oral et ceci, de façon unilatérale", écrit la pétition.

De nos jours, les maris indiens ont en effet recours aux nouvelles technologies, prononçant même leur divorce par texto ou sur Facebook. La pétition a été lancée pour garantir l’égalité des droits constitutionnels et coraniques pour les femmes. Le India Times rapporte que d’autres associations, telles que la Rashtriya Muslim Manch (MRM) ont rejoint la lutte. Si ces revendications sont entendues par les autorités, les hommes n’auront plus le droit de prononcer le divorce en répétant simplement trois fois le mot " talaq". On n’arrête plus le progrès.

Lire aussi:

Le record du nombre d'étreintes par minute battu en Inde
Daech s'en prend aux musulmans de l'Inde
«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Seul et en civil, un gendarme met en déroute une vingtaine d’individus qui tabassent un jeune
Tags:
divorce, Commission nationale pour les femmes (Inde), Inde
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook