International
URL courte
447
S'abonner

La démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump se rapprochent de la victoire dans leur camp après de nouvelles primaires dans plusieurs États mardi.

La Californie sans surprise

La Californie, "morceau de choix", comptait pour 475 voix de délégués chez les démocrates et 172 chez les républicains.

Trump, qui a depuis longtemps conforté son avance au sein du parti républicain, a remporté — cette fois sans surprise — la victoire dans tous les États. De son côté, Clinton a revendiqué une "victoire historique" quelques minutes avant la fermeture des bureaux de vote.

Selon la chaîne Fox News, actuellement près de 25% des bulletins des deux partis ont été dépouillés en Californie, créditant Trump de 77,7% des suffrages dans son camp et Clinton de 63,5%.

Les démocrates votent Clinton

Dans d'autres États, les bureaux de vote ont fermé plus tôt que prévu car on y avait déjà traité 100% des bulletins — comme dans le Dakota du Nord — ou au moins 95%.

Le principal concurrent démocrate de Clinton, Bernie Sanders, a réussi à gagner seulement dans le Dakota du Nord avec 64,2% des suffrages. Les républicains, eux, n'avaient pas organisé de primaires dans cet État.

Obama sur le point d'appuyer Clinton?
© AFP 2020 Andrew Caballero-Reynolds
Dans le Dakota du Sud, Donald Trump a été soutenu par les deux tiers des républicains tandis que chez les démocrates, les voix se sont divisées en deux parts pratiquement égales: 51,5% pour Clinton et 48,5% pour Sanders.

Dans le New Jersey, selon Fox News, Clinton est également victorieuse chez les démocrates avec 63,3% des votes. Sanders a été soutenu par 36,7% des électeurs et dans son camp, Trump a marqué un score de 80%.

Au Nouveau-Mexique, 72,8% des républicains se sont prononcés en faveur de Trump. Chez les démocrates, Clinton s'impose avec 52,8% face à Sanders (47,2%).

Trump accueillera les partisans de Sanders "les bras ouverts"

Mais les chiffres n'étaient pas le principal enjeu: Trump a depuis longtemps obtenu les votes nécessaires des délégués pour confirmer sa candidature pour le parti républicain. C'est également le cas de Clinton, qui s'était déjà assurée aux dernières primaires sa place pour représenter le parti démocrate.

Les discours des prétendants ont davantage focalisé l'attention. Trump a été le premier à intervenir dans une brève déclaration, tout en promettant de prononcer un "grand discours probablement lundi prochain".

Le candidat a tiré sa révérence aux partisans du démocrate Bernie Sanders. "Nous saluons les bras ouverts ceux qui ont voté pour Bernie Sanders", a-t-il déclaré.

Le leader de la course républicaine a promis que son "avantage sur Hillary Clinton ne ferait que grandir". Il a déclaré également que sa rivale avait commis de "nombreuses graves erreurs". Et cette fois encore, Trump a qualifié la politique du président sortant Barack Obama de "catastrophe".

Bien évidemment, il n'a pas manqué de piquer au vif Hillary Clinton, ainsi que son époux et ancien président Bill Clinton.

"Ils ont gagné des millions de dollars en vendant les actifs, en vendant des contrats gouvernementaux", a déclaré le milliardaire.

Pour Clinton, Trump est "inapte à présider le pays"

Comme il fallait s'y attendre, Clinton, intervenue juste après devant son public, lui a rendu la monnaie de sa pièce dans un État de New-York qui a vu naître les deux personnalités politiques. D'ailleurs, Trump a prononcé son allocution dans son club de golf à Briarcliff Manor et Clinton à Brooklyn.

L'ex-secrétaire d'État américaine a qualifié Trump "d'inapte à présider le pays".

Selon elle, "Trump ne cherche pas seulement à construire un mur entre les USA et le Mexique mais également à diviser les Américains entre eux". "Quand il dit 'Rendons sa grandeur à l'Amérique', cela signifie 'faisons reculer l'Amérique en arrière'. Aujourd'hui les possibilités sont là, mais tout le monde ne peut pas les utiliser", a noté Clinton.

"Quand Trump dit d'un juge respectable qu'il ne peut pas remplir ses fonctions parce qu'il est Mexicain, quand il qualifie les femmes de truies, il s'oppose à tout ce sur quoi nous insistons", a-t-elle ajouté. Clinton dit vouloir une Amérique où "tout le monde est traité avec respect".

Sans fausse modestie, l'ex-secrétaire d'État a qualifié sa victoire "d'historique".

"Grâce à vous, nous vivons un moment historique. Pour la première fois de l'histoire du pays, une femme sera candidate au poste présidentiel en tant que représentante de l'un des principaux partis américains", a déclaré Clinton devant ses partisans. Et d'ajouter: "Cet exploit revient aux nombreuses générations d'hommes et de femmes qui ont apporté leur contribution à la victoire".

Remerciements et félicitations d'Obama

Seulement quelques heures après la fin du vote, le président américain Barack Obama a félicité Hillary Clinton pour sa victoire et remercié Sanders de sa participation.

"Le président a téléphoné à Clinton et à Sanders. Il a félicité les deux candidats pour leurs campagnes enthousiasmantes, qui ont insufflé de l'énergie au parti démocrate et attiré une nouvelle génération d'Américains à s'intéresser au processus politique, mettant en lumière les idées importantes pour que l'économie et la politique travaillent pour tous, et pas seulement pour les riches et les puissants", a résumé le porte-parole de la Maison blanche Josh Earnest.

D'après lui, Obama a félicité Clinton en déclarant que sa "campagne historique avait inspiré des millions de personnes".

Le président a également l'intention de s'entretenir avec Bernie Sanders jeudi à la Maison blanche pour "poursuivre leur discussion sur les questions existentielles importantes pour la plupart des Américains".

Et après?

Dernière étape: les primaires démocrates mardi prochain à Washington où 45 voix de délégués seront en jeu.

Actuellement, selon les calculs du New York Times, Clinton est soutenue par 1 916 délégués "ordinaires" et 571 "super délégués" dans la nomenclature du parti. 2 487 personnes sont donc prêtes à voter pour elle, ce qui dépasse de cent voix le seuil minimal nécessaire pour remporter la victoire.

Trump avait besoin d'être soutenu par 1 237 délégués: défi largement relevé, donc, avec 1 477 suffrages à l'arrivée.

En juillet lors des congrès de Cleveland (Ohio) et de Philadelphie (Pennsylvanie), Trump et Clinton seront officiellement investis candidats de leur parti à la présidentielle, après quoi ils s'affronteront directement dans la bataille principale qui se conclura en novembre.

Selon les derniers sondages, Hillary Clinton devance Donald Trump de 11% — avec 46% intentions de vote contre seulement 35%. 19% des Américains ignorent encore pour qui ils vont voter.

Lire aussi:

Donald Trump fait peur à Stephen King
Trump a déjà dépensé 43 M USD dans sa campagne électorale
Trump adoubé par le lobby américain des armes à feu
Bill Clinton: "la Pologne et la Hongrie veulent un gouvernement à la Poutine"
Tags:
élection présidentielle, Donald Trump, Hillary Clinton, Barack Obama, Californie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook