International
URL courte
7436
S'abonner

Près de 70 ans après les tests nucléaires américains sur les Îles Marshall, l’atoll de Bikini est toujours irradié et ses natifs ne peuvent pas regagner ses terres.

Le niveau de radiation sur l'atoll de Bikini ainsi que dans le nord des îles Marshall, où dans les années 1950 les Etats-Unis ont procédé à 67 essais nucléaires, reste largement supérieur à la norme, annoncent les scientifiques dans une étude publiée dans le magazine PNAS.

Dans une nouvelle tentative d'actualiser les informations concernant le niveau de contamination nucléaire dans les Îles Marshall, les scientifiques se sont rendus sur place et ont évalué le taux d'émission de rayons gamma sur les trois îles les plus touchées par les essais, Enewetak, Rongelap et Bikini.

Si pour les îles d'Enewetak et de Rongelap, le verdict des scientifiques a été positif — les radiations ont enfin atteint la norme — l'atoll de Bikini présente toujours un danger pour l'homme. De ce fait, les insulaires exilés il y a des décennies ne sont toujours pas autorisés à rentrer chez eux.

Selon les scientifiques, des nouvelles études seront nécessaires afin de pouvoir évaluer tous les risques.

Depuis des décennies, les habitants de l'atoll de Bikini, dans le Pacifique, vivent sur Ejit et Kili, deux autres îles de l'archipel des Marshall. Kili est inhospitalière et ne dispose pas de lagon dans lequel ses 800 habitants pourraient pêcher ou de mouillage sûr pour leurs embarcations. En outre, les natifs de l'atoll de Bikini sont menacés par la montée des eaux et réclament à Washington de l'aide pour être relocalisés.

Les natifs de l'atoll estiment que les Etats-Unis sont moralement responsables de leur bien-être et Washington est accusé de ne pas avoir fait d'efforts pour assainir le site.

Lire aussi:

Les USA négligent la sécurité nucléaire en Europe de l'Est
Le secteur nucléaire US marche aux disquettes: une bonne idée?
Voici ce que l’on risque en publiant son QR Code de vaccination sur Internet
Tags:
contamination, danger, nucléaire, îles Marshall
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook