International
URL courte
La lutte contre Daech (229)
10411
S'abonner

Un jeu de société aidera les officiers canadiens à trouver des solutions inattendues à un problème concret dans la lutte contre Daech.

L'armée canadienne procède à une expérience consistant à planifier des opérations contre Daech à l'aide de jeux de société, annonce la chaîne télévisée CBC News.

Le jeu dénommé  ISIS Crisis (Crise Daech), mis au point sur commande du gouvernement, est composé de cartes géographiques de l'Irak et de la Syrie, de dés, de marqueurs et de cartes assignant des missions et posant  des conditions. Le jeu, destiné aux officiers n'ayant pas de connaissances en matière de planification militaire, vise à développer leur capacité à trouver une solution inédite face à un problème concret.

Le jeu ISIS Crisis
© Photo / PAXSims
Le jeu ISIS Crisis

Lors d'une présentation, les participants se sont vus proposer de jouer, sur une carte de l'Irak, en assumant le rôle de Daech et des autres parties du conflit, dont les Kurdes, ainsi qu'en faveur d'un groupe d'organisations de défense des droits de l'homme, des médias et de la Cour pénale internationale.

Les auteurs du jeu assurent qu'il aidera à "se débarrasser de la tendance à combattre la guerre précédente" et mettent en valeur son faible prix.

Le jeu peut impliquer jusqu'à six "joueurs" et une partie dure de trois à quatre heures.

Si le groupe expérimental montre des résultats positifs, la décision d'équiper l'armée de ce jeu devrait être prise cet automne.

Dossier:
La lutte contre Daech (229)

Lire aussi:

Le Canada a partagé des données sur ses citoyens avec ses alliés
Un simple contrôle vire à la violente agression de deux gendarmes en Charente-Maritime
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
carte géographique, lutte antiterroriste, jeu de société, djihadisme, Armée canadienne, Canada, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook