International
URL courte
Trêve en Syrie (2016) (220)
1635117
S'abonner

Les Etats-Unis sont à bout de nerfs sur le conflit syrien et le président Bachar el-Assad, a déclaré le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Sur fond de crise syrienne incessante, la patience du gouvernement américain a ses bornes, a insisté le secrétaire d'Etat.

"La Russie doit comprendre que notre patience n'est pas sans fin, étant effectivement très dépendante du fait de savoir si Assad sera traduit en justice ou pas".

Les Etats-Unis et plusieurs pays occidentaux, ainsi que certains représentants de l'opposition syrienne, voit l'issue du conflit syrien dans le départ du président Assad du pouvoir, et insistent qu'il n'y pas de place pour le dirigeant syrien dans l'avenir du pays.

Daech à Raqqa
© AP Photo / Raqqa Media Center of the Islamic State group

Moscou de son côté a affirmé à plusieurs reprises que l'avenir de Bachar el-Assad et du gouvernement syrien réside dans les mains du peuple syrien.

La Russie et les États-Unis ont convenu d'un cessez-le-feu en Syrie à compter du 27 février à minuit. Les frappes contre Daech, le Front al-Nosra et d'autres groupes reconnus comme terroristes par le Conseil de sécurité de l'Onu se poursuivent néanmoins.

La Syrie est le théâtre d'un conflit armé depuis mars 2011. Selon l'Onu, dont les dernières statistiques remontent à 18 mois faute de données, cette guerre a déjà fait plus de 250.000 morts et poussé des millions de personnes à l'exil.

Dossier:
Trêve en Syrie (2016) (220)

Lire aussi:

Daech tombe, victime du VIH, à Mossoul
Le chef de Daech aurait été éliminé
Forces allemandes et françaises en Syrie: Damas condamne la violation de sa souveraineté
La France construit une base militaire en Syrie
La Russie, la Syrie et l’Iran poursuivront la lutte conjointe contre le terrorisme
Tags:
cessez-le-feu, crise syrienne, Etat islamique, Bachar el-Assad, John Kerry, États-Unis, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik