Ecoutez Radio Sputnik
    Mistral

    La Russie presque assurée d'équiper les Mistral égyptiens

    © REUTERS / Stephane Mahe
    International
    URL courte
    32410

    La décision sur la livraison des équipements de bord pour les Mistral vendus par la France à l'Egypte sera adoptée avec une grande probabilité, estime le directeur général adjoint de Rosoboronexport.

    "Il est très probable que la décision sera prise, étant donné que le contrat entre l'Egypte et la France a été signé et qu'un navire a déjà été livré, un autre devant être livré plus tard: le matériel doit fonctionner", a dit Igor Sevastianov à des journalistes lors du salon international Eurosatory-2016 à Paris. 

    Les deux Mistral étaient initialement construits pour la Russie. Un contrat de 1,2 milliard d'euros avait été conclu entre DCNS/STX et Rosoboronexport en 2011. Le premier navire, baptisé Vladivostok, devait être livré par la partie française en novembre 2014. 

    Cependant, le président français François Hollande a décidé de suspendre le contrat suite aux événements en Ukraine et à l'introduction des sanctions antirusses. Début août 2015 Moscou et Paris ont pris la décision de résilier définitivement le contrat. 

    Fin septembre 2015, François Hollande a convenu avec son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi de la vente des porte-hélicoptères à l'Egypte. Le contrat, d'un montant de 950 millions d'euros, a été signé le 10 octobre. 

    Le premier bâtiment baptisé Gamal Abdel Nasser a déjà été livré au Caire. Le pavillon égyptien a été hissé début juin. 

    Le Mistral est un bâtiment de projection et de commandement capable de remplir plusieurs missions, à savoir débarquer des unités motorisées, accueillir et entretenir des hélicoptères de combat et enfin servir de centre de commandement et d'hôpital flottant. 


    Lire aussi:

    Le premier BPC Mistral enfin remis à l'Egypte
    Le premier navire Mistral met le cap sur l'Egypte
    Les équipements des Mistral remis à la Marine russe
    Le fabriquant des Mistral non vendus à Moscou veut se faire rembourser
    Tags:
    livraisons, sanctions antirusses, résiliation du contrat, STX France, DCNS, Rosoboronexport, Abdel Fattah al-Sissi, François Hollande, Igor Sevastianov, Russie, Egypte, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik