International
URL courte
35195
S'abonner

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré que dans le cas d'une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'UE cette dernière ne devait pas attendre de nouvelles négociations sur son adhésion à l'Union européenne.

"Nous espérons que les Britanniques resteront dans l'Union, je voudrais que tout le monde comprenne que nous devons transformer l'UE en union des européens. Pour ce faire, nous avons besoin des Britanniques", a indiqué le chef de la Commission européenne lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

Selon lui, les électeurs doivent savoir qu'il n'y aura pas de nouvelles négociations sur l'adhésion du Royaume-Uni à l'UE, "une sortie est une sortie".

A la veille du référendum considéré comme l'événement le plus important pour toute une génération de Britanniques, Jean-Claude Juncker a déclaré le 22 juin que l'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne constituera un acte d'automutilation pour ce pays.

"Tourner le dos à ses voisins et se pousser vers l'isolement revient à aller contre la nature de l'Europe et de la Grande-Bretagne. Ce sera un acte d'automutilation", a-t-il affirmé.

Aujourd'hui, 23 juin, les Britanniques décideront du destin de leur pays en répondant à la question "Le Royaume-Uni doit-il rester membre de l'Union européenne?". Le sondage final montre que l'opinion est encore indécise.

Selon le dernier sondage réalisé par YouGov, la majorité des Britanniques (51%) veulent que leur pays reste au sein de l'UE. 49% de sondés se sont prononcés contre le maintien.

Lire aussi:

Brexit: et le lendemain d`un depart ?
Brexit: Marine Le Pen veut des référendums dans tous les pays de l'UE
Brexit: les banques pourraient quitter Londres pour Paris et Francfort
L'Union européenne, grande gagnante en cas de Brexit?
Brexit: quelles conséquences pour l'économie française?
Tags:
Union européenne (UE), Jean-Claude Juncker, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook