International
URL courte
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
11417
S'abonner

Selon les informations officielles, le téléphone du ministère irlandais des Affaires étrangères est submergé d'appels de Britanniques qui s’intéressent à la possibilité d’obtenir la nationalité irlandaise.

De plus en plus de citoyens du Royaume-Uni souhaitent recueillir des informations concernant les modalités d'obtention du passeport irlandais, informe la chaîne de télévision Sky News.

"Le ministère irlandais des Affaires étrangères a confirmé que l'ambassade de la république à Londres a constaté une vague d'appels de personnes qui demandent des informations sur la possibilité d’obtenir un passeport irlandais", informe la chaîne de télévision Sky News, après que la Grande-Bretagne a voté la sortie de l'UE.

Dans le même temps, le ministère a démenti les déclarations des médias, qui affirment que les Britanniques font la queue devant les centres de visas de Dublin. Selon les informations irlandaises officielles, le nombre de demandes pour un passeport à Dublin "est ordinaire pour une fin de mois de Juin".

Le 23 juin, les Britanniques se sont prononcés par référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni au sein de l'UE. Les premiers résultats ont été annoncés quelques minutes après la fermeture des bureaux de vote et donnaient les partisans du "In" gagnants. Toutefois, le résultat définitif a changé la donne. A 51,9% le pays a choisi de quitter l'UE. Un cas sans précédent.

Suite à la publication des résultats, le premier ministre David Cameron a annoncé sa démission.


Dossier:
Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

Lire aussi:

Les Français parlent du Brexit : c’est la crise du projet européen
Un politicien espagnol choqué par le Brexit en oublie les bonnes manières...
Le Brexit provoquera-t-il un effet domino?
Le Brexit nuit à l'économie japonaise mais accroît l'intérêt pour l'or
Tags:
nationalité, passeport, citoyenneté, Dublin, Irlande, Royaume-Uni, Londres
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook