International
URL courte
2372
S'abonner

L'armée américaine demande à la République tchèque de lui ouvrir son ciel pour ses drones baptisés Global Hawk. Mais certains hommes politiques se prononcent contre cette initiative.

Alexander Cerny, député du parlement tchèque, membre du Parti communiste du pays (KSCM) a déclaré dans une interview à Sputnik que ces drones étaient dangereux pour la population tchèque, car ils sont capables de recueillir différentes données personnelles.

"Les drones Global Hawk portent du matériel d'espionnage qui est capable non seulement de photographier mais d'écouter les téléphones et de faire beaucoup d'autre choses. Les Allemands font face à ce problème après avoir laissé entrer les drones américains sur leur territoire", a-t-il déclaré.

Cependant, la société tchèque est dans l'ignorance en ce qui concerne cette initiative.

"Les informations selon lesquelles l'armée américaine nous demande de laisser entrer sur notre territoire des drones au format d'avion-cargo apparaissent ces derniers jours. Les représentants de la République tchèque ne pensent pas qu'il faille informer la population de telles propositions. Le ministère des Affaires étrangères a récemment réagi à cette initiative qui, selon son porte-parole, fait tout son possible pour que les drones militaires américains puissent survoler notre pays", a expliqué M.Cerny.

Selon lui, la République tchèque semble avoir abandonné sa souveraineté au nom de la prospérité de soi-disant partenaires.

"Les Etats-Unis sont persuadés à tort que c'est la Russie qui pose problème. Bien que notre Etat soit indépendant, beaucoup de personnes estiment que nous sommes des serviteurs des Etats-Unis et de l'Otan", a-t-il conclu.

Lire aussi:

Sanctions: le président tchèque appelle à l'amitié
Daech cherche à se procurer des armes en République tchèque
La République tchèque lance ses chasseurs contre Daech en Irak
«Une catastrophe pour la France»: un chef des urgences évoque un possible reconfinement
Tags:
géopolitique, autorisation, drone, OTAN, Alexander Cerny, République tchèque
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook