Ecoutez Radio Sputnik
    Mer de Chine méridionale

    Mer de Chine: Pékin rejette l'arbitrage de la CPA

    © AP Photo / Charles Dharapak
    International
    URL courte
    16637

    La Chine "ne reconnaît pas et n'accepte pas" la décision d'arbitrage rendue mardi, qui juge que Pékin n'a aucun droit historique en mer de Chine méridionale et qu'elle a violé les droits souverains des Philippines.

    La Cour permanente d'arbitrage de La Haye (CPA) a jugé aujourd'hui que la Chine ne possédait pas de "droits historiques" sur la majorité des eaux stratégiques de la mer de Chine méridionale dans les limites de la "ligne des neuf traits".

    La Cour permanente d'arbitrage de La Haye a également stipulé que la Chine ne pouvait pas prétendre à une zone économique spéciale dans la région des îles de l'archipel des Spratleys.

    Cependant, Pékin est loin d'être d'accord avec cette décision de la Cour.

    "La Chine a indiqué de multiples fois que la Cour d'arbitrage de la Haye (CPA), une instance appuyée par l'Onu, "avait été saisie unilatéralement par le (précédent) gouvernement philippin et n'avait aucune juridiction", a annoncé l'agence d'Etat Chine nouvelle citée par l'AFP.

    En janvier 2013, les Philippines ont unilatéralement demandé au tribunal international de déclarer que les revendications territoriales de Pékin sur certains territoires en Mer de Chine méridionale étaient illégales.

    La Chine a d'abord refusé de prendre part à la procédure car la demande des Philippines a été unilatérale et, pour cette raison, illégale. Pékin estimait également que le tribunal n'avait pas compétence pour examiner la question portant sur un différend territorial.

    Lire aussi:

    Mer de Chine méridionale: une confrontation sino-américaine pas exclue
    La Chine veut ériger sa Grande muraille sous-marine
    La Chine construit un labo maritime grandiose à une profondeur de 3 km
    Tags:
    Cour permanente d'arbitrage (CPA) de la Haye, ONU, Philippines, îles Spratleys, Mer de Chine méridionale, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik