Ecoutez Radio Sputnik
    Le Fonds monétaire international

    En surestimant les effets négatifs du Brexit, le FMI jouait son jeu

    © AFP 2019 Mandel Ngan
    International
    URL courte
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)
    6293
    S'abonner

    Le Fonds monétaire international (FMI) via sa chef Christine Lagarde manifestait une grande inquiétude à l'égard du référendum britannique. Mais les conséquences économiques de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne ne sont pas un prétexte pour semer la panique.

    Quelle est donc la situation de la livre sterling, monnaie qui a été dévaluée de façon remarquée peu après le Brexit? Selon François Asselineau, président fondateur de l'Union populaire républicaine (UPR), qui s'exprime au sujet de l'avenir de l'économie britannique dans un entretien accordé à Sputnik, la situation est plutôt favorable à ce pays.

    "Aujourd'hui elle (la livre sterling, ndlr) remonte, depuis l'arrivée de Mme May au 10 Downing Street, de la nouvelle première ministre du Royaume-Uni. (…) Donc elle a eu une légère érosion qui d'ailleurs va être très certainement favorable à l'économie britannique", explique l'interlocuteur de Sputnik qui souligne ainsi des perspectives plutôt positives pour les capacités de la monnaie britannique et de l'équilibre des exportations et importations.

    En évoquant ce dernier, il précise que quand les exportations sont en recul et les importations sont, au contraire, favorisées, "normalement, ça dynamise le taux de croissance et ça fait baisser le chômage".

    "Moi, j'explique souvent que l'euro, par exemple, est beaucoup trop cher pour l'économie française, le taux de change de l'euro est beaucoup trop cher, et nous, si nous sortions de l'euro, il faudrait espérer que notre monnaie se déprécie un petit peu pour redonner de la compétitivité aux produits français", déclare l'homme politique.

    Les effets négatifs du Brexit pour l'économie britannique et pour la monnaie nationale du pays semblent donc avoir été surestimés. Le FMI essayait de persuader tout le monde qu'un Brexit constituerait un problème international capable de bouleverser profondément l'économie, mais en réalité, les conséquences sont beaucoup plus modérées.

    Dossier:
    Référendum sur le Brexit et réactions (2016) (188)

    Lire aussi:

    Un nouveau journal pour les opposants au Brexit sort au Royaume-Uni
    L'Onu désapprouve les critiques envers les personnes âgées à cause du Brexit
    Le Brexit pousse les Juifs britanniques à obtenir la citoyenneté allemande
    Le FMI révise ses prévisions de croissance de l'Allemagne à cause du Brexit
    Tags:
    compétitivité, référendum, Fonds monétaire international (FMI), Royaume-Uni, Europe, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik